Marie Louise

par LES VOIVRES 88240  -  17 Février 2015, 07:00  -  #Histoire, #Ecole

Marie Louise

Bernard,
Une photo prise en 1946, c'est surtout pour les W.C. de l'école réservés aux filles, les garçons avaient droit à deux urinoirs sur le côté.

Devant Marie-Louise BROGGINI avec son fils Maurice qui réside aujourd'hui à Albi.

Derrière, Monique ANDREUX de Gremifontaine et sa camarade Colette PELLETIER.

Cordialement.

Je pense que même si les WC de l'époque peuvent présenter un intérêt tout le monde aimera le portrait de Marie Louise jeune.

Marie Louise
Nous remercions Pierre Broggini pour cet envoi.

Nous remercions Pierre Broggini pour cet envoi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
► Superbe première photographie qui nous montre une très belle jeune femme, fière de son fils apparemment assez espiègle, mais aussi la mode de l'époque. L'année 1946 est celle de ma naissance. A quelques jours ou à quelques mois près, le cliché est donc aussi âgé que moi. C'est dire l'émotion que je ressens en le contemplant ! De nos jours, le preneur de vue aurait sans doute trouvé un autre angle pour masquer un arrière-plan qui ne présente, selon moi, que peu d'intérêt.
► Très belle seconde photographie qui marie avec bonheur les enfants et la nature. On dirait que les écoliers, sérieux mais aussi visiblement très heureux de participer à cette promenade, ne demandent qu'à grandir pour "rattraper" les arbres. On sent que la pose a été assez méticuleusement étudiée par le preneur de vue, sans doute l’instituteur M. Felberg.
Là aussi, la mode de l'époque, en particulier donc "l'uniforme" des élèves, ressort parfaitement sur ce beau cliché; Il est vrai qu'il n'y avait pas, en ce temps là, le problème des marques. Tout le monde, au moins sur ce plan là, était traité sur un même pied d'égalité.
Quant aux noms, ils me parlent évidemment, même si j'ai bien du mal à identifier - heureusement qu'ils le sont par Bernard - des gens que j'ai pu côtoyer ultérieurement, soit près de 15 années plus tard. J'ai un souvenir de Robert Faron (fils, je crois, de celle qu'on appelait Hélène Didelot) décédé relativement jeune, dans des circonstances assez mal élucidées et pour lequel j'ai dû, me semble-t-il, assister à la veillée funèbre.
Répondre