Jeunesse et Culture

par LES VOIVRES 88240  -  13 Février 2015, 14:50  -  #EAUDICI, #Pisciculture, #Etang Lallemand

L'Eaudici organise un chantier jeunes sur la Zone humide de l'étang Lallemand
L'Eaudici organise un chantier jeunes sur la Zone humide de l'étang Lallemand

L'Eaudici organise un chantier jeunes sur la Zone humide de l'étang Lallemand

Mohamed avec Gaël, Nihel et les participantes au Chantier Jeunes

Mohamed avec Gaël, Nihel et les participantes au Chantier Jeunes

Depuis hier l'association Jeunesse et Culture encadre un Chantier Jeunes à Les Voivres.
Pendant une journée et demie un groupe de jeunes filles venues d'Epinal s'activent à l'Etang Lallemand dans la zone humide où se situe le chemin en caillebotis.

Avec Gaël et Nihel, les deux éducateurs, elles ôtent de la Zone humide les branches et les buches que Frédéric a découpées après avoir abattu les arbustes qui devenaient envahissants.

Ce chantier d'Entretien de Zone Humide est organisé par la commune de Les Voivres et Fréderic Douadi de l'Aquaculturedici en tant que conservateur, dans le cadre d'un partenariat entre le CREN Lorraine et la commune des Voivres, pour la préservation du patrimoine naturel du site.

Si sur le papier tout cela a l'air un peu compliqué, sur le terrain, le travail avançait vite et dans la bonne humeur.

Le personnel du chantier d'insertion prêtait main forte à L'Eaudici qui, en la personne de Mohamed participait activement aux travaux. Frédéric Douadi, était là bénévolement mais sa casquette de Conservateur du site ne l’empêchait pas de porter de grosses buches avec Frédéric Jacopin.

Les demoiselles participant au chantier, certainement stimulées à la pensée d'aller ensuite un WE à Gérardmer en récompense de leur travail se dépêchaient de mettre en tas toutes ces branches.

Le soleil qui a brillé tout au long de ces deux journées rendait ce travail plus agréable et certaines d'entre elles se disaient qu'une fille pouvait très bien envisager de choisir un jour le métier de bucheron.

Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Jeunesse et Culture
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
►Bûcheron, un métier d'homme
Une importante exploitation forestière du Canada passe un jour une petite annonce dans le but de recruter un bûcheron.
Quelques jours plus tard, un gringalet arrive et se présente :
- Je viens pour l'annonce, pour le bûcheron...
- Mais tu n'es pas ce que je recherche. Il me faut un gars taillé dans l'acier, capable de bosser 10 heures par jour sans sourciller !
Le gars lui répond :
- Laissez-moi vous montrer de quoi je suis capable.
- OK, voici une hache. Tu vois cet érable gigantesque là-bas, va l'abattre.
Alors le petit gars s'en va au pied de l'arbre, et en une minute l'arbre est par terre !
Le chef d'exploitation n'en revient pas. Il demande :
- Mais où as-tu appris à couper un arbre aussi vite ?
- Au Sahara...
- Tu veux dire, dans le 'désert' du Sahara ?
Alors le petit gars rigole et dit :
- Ouais, c'est comme ça qu'ils l'appellent maintenant.
► Bientôt un "remake" des « Grandes gueules » au Moulin des Voivres ?
Répondre