Je suis Charlie

par LES VOIVRES 88240  -  15 Février 2015, 09:43  -  #MAIRIE, #maire

Nous sommes tous Danois.

Nous sommes tous Danois.

Un peu plus d'un mois après la grande Marche Républicaine de soutien aux victimes de l'attentat, certains lobotomisés, pour reprendre l'expression de l'éditorialiste de Vosges Matin, ont cru utiles d'en remettre une louche en visant de nouveau des défenseurs de la liberté d'expression, cette fois au Danemark.

Ceux qui en doutaient encore doivent maintenant comprendre que, hier tout comme il y a un mois, ce n'étaient pas des dessinateurs, des caricaturistes qui étaient visés, mais des Hommes, des Hommes qui aimaient la liberté.

Leur refus de se taire devant les menaces, a en fait certainement permis d'attirer la foudre sur eux et d'éviter que les tueurs ne commettent un massacre dans un autre lieu, une école par exemple.

Il est donc important d'avoir sans cesse à l'esprit que la démocratie et la liberté sont fragiles et qu'il faut être prêt à les défendre sans cesse. Si les Vosgiens ont répondu présents en grand nombre ce dimanche là à l'appel lancé par Michel Fournier, le président des Maires ruraux des Vosges, et par tous les élus, ils doivent être conscients que cette mobilisation ne peut être efficace que si elle est maintenant permanente.

Les Danois, c'est nous.

Michel Fournier aime beaucoup " If " de Rudyard Kipling.

C'est certainement le bon moment, pour de nouveau, le relire

Michel Fournier à Epinal dimanche 11 janvier 2015 Photo Actu88

Michel Fournier à Epinal dimanche 11 janvier 2015 Photo Actu88

Si : Tu seras un homme, mon fils

Traduction d'André Maurois (1918)

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tous jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
Malheureusement, celui que l'on peut, peut-être, considérer comme "l'ouvrage" de la vie de Kipling - son fils en l’occurrence - n'a pas eu beaucoup de temps pour devenir un homme !
Je crains, hélas, que tous les poèmes du monde ne suffisent pas à éradiquer tous les extrémismes (que nous avons parfois provoqués) imperméables à peu près à tout, sauf à leurs pensées et à leurs actes destructeurs et sauvages.
Tant que nous ne parviendrons pas, en tous temps et en tous lieux - ce qui est en effet colossal au niveau des moyens - à prévenir leurs agissements condamnables, ce n'est qu'à postériori et toujours tragiquement que nous pourrons constater en effet que « la démocratie et la liberté sont fragiles », et que terroristes de tous poils mais à l'imagination cruelle et maléfique, ont toujours un coup d'avance sur nous qui ne sommes pas (n'étions pas en tout cas) véritablement préparés à défendre en permanence nos valeurs communes.
Répondre
L
Au deniéres nouvelles, d'après la secrétaire de mairie, il n'y aura pour nous que deux listes. Une liste FN et une liste divers droite avec Madame Marcot, maire de Xertigny
N
A propos des extrêmes et déconcerté par bon nombre d'attitudes et d’interventions (toutes tendances confondues) pendant cette période d'élection régionales, voici ce que j'avais proposé - le mars 1998 déjà - comme article au journal "Ouest -France" pour sa rubrique 'Courrier des lecteurs' :
« Pauvre France !
Et voilà ou cela mène quand on n'a pas de programme !; A force de ne s'obstiner qu'à condamner ou a "diaboliser" le Front National, les états-majors, de droite comme de gauche, ont échoué pitoyablement.
Complétement en dehors des réalités concrètes du terrain, ils ont confondu élections régionales et nationales, ce qu'ils reprochent précisément à nos compatriotes. Qu'ils cessent - ainsi que les médias - de prendre les Français pour plus bêtes qu'ils ne sont en réalité. La plupart des électeurs savent parfaitement faire la différence parmi les divers scrutins..Avec une campagne uniquement contre le Front National, c'est rigoureusement, lui faire une publicité qui remplace, pour le coup avantageusement, le manque d'antenne ou de place dans les journaux et sur les radios dont son Président se plaint chaque fois qu'on lui en donne l’occasion. C'est aussi faire peu de cas de la démocratie dont la Gauche plurielle et la Droite républicaine ne sauraient, à elles seules, avoir le monopole.
De deux chose l'une : où le mouvement de M. Le Pen est raciste, xénophobe, antisémite, et il faut évidemment l'éliminer et ne pas l'utiliser selon les besoins de chacune des autres formations ; ou il a le droit d'exister et il est bien difficile de ne pas tenir compte des 15% d'électeurs qui, raisonnablement, ne sont pas tous des déçus de gauche ou d'extrême-gauche (bien qu'ils aient aussi servi la Gauche il n'y a pas si longtemps). Qu'on le veuille ou non, le FN est à droite, beaucoup trop sans doute. Mais, plutôt que d'exclure - rien n'est plus terrible que d'être exclu de son travail, de son logement, de la Société et aussi des urnes maintenant - ne vaudrait-il pas mieux, entre hommes et femmes de bonne volonté, toutes tendances réunies, de tenter de discuter, de convaincre, de se solidariser pour faire gagner le Pays ? Cela finirait peut-être par faire taire les extrémistes en les amenant à revoir leur copie qui devrait, enfin et pour toujours, bannir tout programme, discours, propos ou acte non conforme aux valeurs - tant enviées par les autres nations - de notre démocratie.
Un Jean-François Mancel, essayant lucidement de faire la part des choses, me parait bien plus crédible qu'un Lionel Jospin haranguant les électeurs par médias interposés du haut de son perron, qu'un Édouard Balladur tout embourgeoisé en pleine valse hésitation, qu'un François Léotard y allant ou n'y allant pas, qu'un Bruno Maigret pour le moins trop réjoui, qu'un Philippe Seguin perdant tout self-control et s'emportant rageusement contre le Premier Ministre de la France, qu'un Président de la République (donc de tous les Français ?) bien embarrassé.
Quelle image de la France et que de temps perdu ! »
Le 20 avril suivant, "Ouest-France" publiait, à ma grande satisfaction, ma proposition en la condensant certes mais tout en lui en conservant son fond posant bien la problématique de « bannir les extrêmes ».
L
Sans être devin l'histoire peut aider à prévoir l'avenir dans ses grandes lignes mais ce n'est pas mathématique. La preuve les élections en Grèce qui se sont faites selon les régles de la démocratie alors que les électeurs avaient à choisir entre deux partis d'extrèmes.
N
Tout comme « Torquemada est passé à la postérité comme l'un des symboles de l'intolérance et du fanatisme religieux », il en sera probablement de même, hélas, pour l'E.I et ses sinistres compères tel qu'Al Qaida, etc., y passeront aussi. Ce n'est pas le Pape ne disposant, à part de désapprouver (ce qui est parfois contestable lorsqu'il s'agit de lutter contre le Sida, de la limitation des naissances ou d'élever des femmes au rang de prêtres par exemple) qui n'a, en réalité - en tout cas, dans ce domaine là - aucun pouvoir qui y changera un iota. N"est-ce pas Staline qui, au milieu des années 30, posait déjà la question :« le pape, combien de divisions ? », en réponse à une demande concernant justement des problèmes religieux ?
Quand on pense que des fous furieux (à l'évidence il n'y avait pas que des membres de sa famille, ce qu'on pourrait, à l'extrême limite, comprendre ) ont déposé des fleurs à l'endroit ou un tueur a été abattu, que d'autres sont allés vandaliser des tombes (pas n'importe lesquelles) dans un cimetière, nous avons, je crois, encore beaucoup de soucis à nous faire.Sans compter tous les autres problèmes qui se trouvent, provisoirement, plus ou moins occultés. Les incantations - virant parfois à de la "récupération" - à « l'Union nationale », aux « événements du 7 janvier » ou encore à la « mobilisation du 11 janvier » ne suffiront pas.
L
Je ne suis pas sûr que la vingtaine de chrétiens coptes qui viennent d'être décapités en Lybie ce WE ai fait beaucoup de caricature du prophéte pas plus que les milliers d'algériens égorgés ces derniéres années. Pour moi tous les prétextes leurs sont bons pour tuer tout comme les nazis en ont trouvé.
Mais même si je n'approuve pas ces caricatures sur des question comme la religion, ce n'est qu'un pretexte. S'il n'y avait pas eu plusieurs millions de juifs, tziganes et autres slaves a passer à la casserole c'est nous français et autres belges ou hollandais qui aurions pris leur place. Ils ont besoin de tuer pour prouver je ne sais quoi et ils tuent
Le pape François a désaprouvé leurs attaques contre la religion, il n'a pas lancé des hordes de Torquemada à leurs trousses comme cela aurait été le cas il y a 500 ans.
N
Je ne dis pas le contraire mais c'est bel et bien du Danemark qu’est partie l'affaire des caricatures.
« La vengeance est un plat qui se mange froid », même chez les islamistes qui n'ont vraiment rien à faire de nos états d'âmes.
L
Quelles que soient les raisons qui ont pu amener cetaines personnes à s'engager dans ces réseaux islamistes, pauvreté, discrimination, injustices aussi, parfois il semblerait que nous ne sommes pas en mesure de lutter efficacemnt contre ces groupes armés. D'ailleurs on a toujours dit que l'on ne peut pas empêcher un homme qui ne craint pas de mourir s'il veut commettre un attentat. Il faudrait nous dit on agir en aval, école emploi, intégration.
Je suis pour mais ....
Mais le Danemark est un des pays le plus tolèrant qui soit, trés social, avec moins de chômage que nous et boum c'est le pays d'Europe qui compte le plus de candidats au djiad.
Alors quelle est la solution ?
Ce qui est sûre c'est que la violence amène la violence et souvent ne résout rien. Nous en avons eu l'expérience au XXeme siécle avec toutes ces guerres où il n'y a eu que des perdants sur le long terme.