La saga de la Chanson des Cerises

par LES VOIVRES 88240  -  25 Janvier 2015, 06:33  -  #HISTOIRE, #Ecole

La saga de la Chanson des Cerises

De plus en plus de personnes sont en train de retrouver leurs racines et leur enfance avec le journal scolaire de la Chanson des Cerises.

Jeudi après-midi, c'est une feuille de ce journal que Madame Geneviève François nous a montrée.

Vendredi matin, c’était plusieurs exemplaires qui m'attendaient à la Mairie de Les Voivres où Madame Richard-Thiéblemont les avait déposés.

Ils sont maintenant scannés. Ce fut assez difficile car ils sont très fragiles mais c'est fait et ils sont bien lisibles.

Cette fois c'est non seulement les lecteurs de ces pages et les habitants de Les Voivres qui remercient Mme Thièblemont mais aussi beaucoup de personnes des communes alentours qui vont retrouver là, leurs parents, et des évènements qui se sont déroulés sur leurs territoires.

De plus les enquêtes économiques, sociologiques et historiques que publient les élèves pourront servir de point de départ à certains pour faire des recherches plus poussées.

Nous sommes d’ailleurs émerveillés par la qualité de ces articles.

Les dessins sont tous très expressifs et représentent avec beaucoup de justesse les situations décrites. Certains appelleront cela de l'art naïf ou de l'ousider art.

C'est de l'art tout court.

Quand aux écrits ils sont d'une richesse assez étonnante par rapport à l'âge de ces journalistes en herbe. Ils montrent d'un côté une grande maturité avec des enfants qui se sentent déjà impliqués dans le travail des adultes, ferme ou ménage, et de l'autre l'envie de jouer, de chahuter, de faire des farces propre à leur âge.

Ce qui est aussi admirable c'est la richesse du vocabulaire utilisé. Ce ne sont pas seulement des mots de les jours. Il est clair que c'est le résultat de leur parcours scolaire, soit pendant les cours ou avec leurs lectures.

A l'heure où, suite aux attentats qui ont endeuillé le pays, certaines personnes remettent en cause l'école de la république française nous avons là une preuve de plus qu'elle a toujours apporté, et qu'elle continue d'apporter, à tous les élèves qu"elle que soient leurs origines et leurs milieux un enseignement de qualité. Voici donc un premier échantillon de ces articles.

La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises
La saga de la Chanson des Cerises

Nous avons tout particulièrement remarqué les poèmes de Pierre Chassard et de Marie Houillon.

A l'occasion de cet article Mr Noêl Jean fait appel sur son site aux persones qui pourraient lui apporter des renseignements sur ses parents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
C'est d’autant plus émouvant que j'ai moi-même "travaillé" à l'Établissement thermal. Il s'agissait de gagner un peu d'argent de poche pendant les grandes vacances de 1962 ou 1963. Pistonné peut-être par la mère (Renée Morel) de ma marraine Josette, j'ai commencé à exercer à la lingerie où il fallait essentiellement transporter les accessoires (serviettes, peignoirs, etc.) destinés aux curistes. Puis, j'ai été affecté comme jardinier au Parc de la Potinière où « l’ombre de ses grands arbres n'étendait pas toujours sa fraicheur aux allées et aux sentiers ».
Digne du sketch aujourd'hui bien connu des Employés municipaux, c'est donc muni d'une brouette et armé d'un râteau que j'en assurais l'entretien, à la grande satisfaction de mes employeurs m'a-t-on dit.
Pour la petite histoire, c'est là aussi que j'ai pu constater que si les curistes (féminines) assumaient leur parcours de soins du corps le matin, certaines pouvaient se livrer aussi à toute autre activité complémentaire, mais toujours du corps, en fin d'après-midi... En résumé, des couguars avant l'heure.
Répondre