Armistice de 1918

par LES VOIVRES 88240  -  8 Novembre 2014, 11:18  -  #HISTOIRE

Armististe : 11 novembre 1918
Armististe : 11 novembre 1918

L’armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15, marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre.

Le cessez-le-feu est effectif à onze heures3, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 8 millions de morts, d'invalides et de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'État-Major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

Plus tard, en 1919, à Versailles, sera signé le traité de Versailles.

Le traité de Brest-Litovsk conduisant à la reddition de la Russie permet à l'Armée allemande de se concentrer sur le front de l'Ouest mais l'échec des offensives allemandes en juin et juillet 1918 et le renfort des alliés américains et britanniques retirent à l'Allemagne tout espoir de victoire. Depuis août, les forces allemandes reculent en bon ordre, mais avec de lourdes pertes, sur l'ensemble du front franco-belge. En septembre, l'État-Major allemand fait savoir à l'empereur que la guerre est perdue, mais ni Guillaume II, ni les chefs militaires ne veulent assumer la responsabilité de la défaite.

À partir de septembre, une série d'offensives de l'Entente sur les fronts d'Orient et d'Italie entraînent la capitulation des alliés de l'Allemagne. Les armistices sur les fronts d'Orient créent une « énorme brèche » (Ludendorff) que l'Allemagne n'est pas en mesure de colmater.

En même temps, sur le front belge les Franco-Belges lancent une attaque vers Bruges et enfoncent le front allemand.

L'agitation grandit dans les troupes allemandes et à l'arrière. Durant le mois d'octobre, les Allemands et le président américain Wilson échangent des notes dans lesquelles ce dernier est chargé, dans la lignée de ses quatorze points proposés en janvier dans un discours retentissant, de prendre en main le rétablissement de la paix.

Le 3 octobre 1918, l'empereur Guillaume II nomme un nouveau chancelier : Max de Bade, mais cela ne suffit pas à contrôler le pays : de nombreux marins et soldats refusent d'aller au combat, en particulier à Kiel.

Le 5 novembre 1918, à 6 heures du matin, Maurice Hacot, habitant d'Auchel et caporal affecté au centre radio-télégraphique de la tour Eiffel reçoit un message morse émis de Spa en Belgique. Il s'agit de la demande d'armistice de l'état-major allemand. Il transmet le message au colonel Ferrié4.

Le 7 novembre 1918, Matthias Erzberger2, représentant du gouvernement allemand, passe la ligne de front à Haudroy (commune de La Flamengrie, Aisne), en compagnie d’un autre civil et de quelques militaires. Ils sont dirigés vers la villa Pasques, à La Capelle5 pour préparer les négociations de l’armistice6. C'est le caporal Pierre Sellier, originaire de Beaucourt (Territoire de Belfort), qui, ce jour-là, fut le premier clairon à sonner le premier cessez-le-feu5,7.

Sous la responsabilité du commandant de Bourbon Busset, cinq voitures traversent la zone dévastée du Nord de la France, par Homblières et Saint-Quentin, pour se rendre au lieu de rencontre jusque-là tenu secret, une futaie de la forêt de Compiègne abritant deux petites voies ferrées parallèles, utilisées pour l’acheminement des pièces d’artillerie sur rail destinées au tir de longue portée sur lignes allemandes et où ont été acheminés deux trains, le train du maréchal Foch et un train aménagé pour la délégation allemande. Durant les trois jours, les Allemands n'ont que peu d'occasions de véritablement négocier. Ils doivent rapidement se plier aux conditions développées dans un texte qui leur est soumis. Ce texte avait été établi en dernier lieu par Foch, au titre de commandant suprême des forces alliées, après un mois de positions divergentes de Wilson, Clemenceau, Orlando et Lloyd George.

Le 9 novembre, le prince de Bade conseille au Kaiser l'abdication. Celui-ci part en exil aux Pays-Bas. Cet événement est un élément de pression important vis-à-vis des délégués allemands réunis dans le wagon de Rethondes. Le lendemain, le nouveau chef du gouvernement allemand, Friedrich Ebert, signe un pacte avec les dirigeants de son armée et implore son représentant à Rethondes de clore sans tarder les négociations.

Le 11 novembre, entre 5 h 12 et 5 h 20 du matin, l'armistice est signé avec une application sur le front fixée à 11 heures du matin3, et ce pour une durée de 36 jours qui sera renouvelée trois fois (prolongation d'un mois dans le même wagon à Trèves le 12 décembre 1918 puis reconduction le 16 janvier 1919 et le 16 février 1919 pour une durée illimitée)2,8. À la suite de cet armistice est signé le traité de Versailles, le 28 juin 1919.

Moment tellement attendu par tellement de personnes, pour lequel tant de sacrifices ont été faits et duquel il restera si peu de choses. Celle qui devait être la der des der a vu ses conclusions dictées par les points Wilson, le président américain.
Utopie d'un homme qui ne connaissait pas les réalités du vieux continent ou volonté délibérée de créer une Europe qui n'aurait de cesse de remettre çà et où les grandes puissances qui la composaient, ruinées, épuisées, en proie aux convulsion de la révolution, devraient s'incliner devant une Amérique enrichie par la production de guerre et aux coffres remplis de l'or européen qui avait servi à la payer;

Ces accords de paix bâclés portaient en leurs germes les 40 millions de morts de la deuxième guerre mondiale.
En 1940, Hitler qui avait fondé tout son programme sur la vengeance de la défaite allemande fit emmener le wagon de Retondes en Allemagne.

Pour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraient
Pour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraientPour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraientPour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraient
Pour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraientPour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraient
Pour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraientPour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraient

Pour participer à ce moment de joie, il manquait de trop nombreux morts et ceux qui les pleuraient

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :