Témoignage de Pierre Broggini sur les combats du 18 juin 1940

par LES VOIVRES 88240  -  20 Juin 2020, 03:40  -  #Histoire

Témoignage de Pierre Broggini sur les combats du 18 juin 1940

Pierre Broggini avait 13 ans en 1940. Il se souvient de ces journées comme si c'était hier et les relate avec force détails. Il en avait déjà fait un récit complet en 2012 pour l’Écho des 3 provinces. Comme la grande majorité des habitants de Les Voivres il n'a eu connaissance que des 3 tués à côté de la ferme Fréchin.

Qui sont ces soldats qui sont morts là ? D'après Pierre Broggini il est allé sur le terrain et a vu ces trois tués avec à côté un petit chien qui essayait de les empêcher d'approcher?

Parmi ces morts du groupe du sous-lieutenant Bapts il y avait peut-être le canonnier Rakotojaona. D'après mon père , blessé il aurait refusé de partir en disant qu'il voulait rester avec son lieutenant. Mais ce n'est pas sûr car le groupe défendant la sortie du village en direction Gremifontaine était commandé par l'aspirant Fasola et l'adjudant chef Monfort. Mais dans ce cas son nom n'aurait pas été connu.

L'adjudant-chef Montfort a été tué dans la côte de Les Voivres en essayant de faire avancer la voiture contenant les archives. Puisque seuls les 3 soldats  qu'a vu Pierre Broggini ont été inhumés dans le cimetière, il a du être enterré avec un autre soldat à la sortie du village en direction de Gremifontaine.

Qui a enterré là ces deux soldats ? Il semble peu probable que ce soit les hommes du régiment qui essayaient de retraiter vers Épinal sous le feu ennemi. D'ailleurs ils n'ont pas enterré les 3 morts devant la ferme Fréchin. De plus si cela avait été le cas comment le secrétaire de mairie aurait-il été au courant de leur mort et aurai-il pu les enregistrer sur le registre d'état civil en même temps que leurs 3 camarades de combat ?

Pourquoi dans ce cas les avoir enterré dans ce champ sans leur donner une sépulture au cimetière ? Pourquoi aussi leur mort a-t-elle été tue par le maire et le secrétaire car manifestement presque aucuns administrés de Les Voivres n'a entendu parler d'eux.

Pourtant certaines personnes étaient au courant, à plus forte raison si c'est des habitants qui les ont enterré là. Elles le savaient d'autant mieux puisque que quand les dépouilles ont été exhumées pour être rapatriées dans leurs villages il a bien fallu qu'elles indiquent l'endroit où ces corps reposaient.

Si c'est des habitants de Les Voivres qui l'on fait alors pourquoi n'ont-ils pas été inhumé dans le cimetière ?

Il semble bien que pour une raison obscure le maire, le secrétaire de mairie et peut-être plusieurs administrés aient caché ces deux morts supplémentaires. Ils ne seront jamais évoqués par personne.

Cela faisait-il partie de cette amnésie qui a frappé une grande partie des français et leur a permis de croire qu'en 1940 l'armée française avait reculé sans se battre ? Aux 100 000 français morts de 1940 on opposera les allemands "si Korrect " et le vieux principe : malheur aux vaincus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
En écrivant ces commentaires, je ne peux évidemment pas m'empêcher de penser que nous aurions dû nous retrouver ce jour 21 juin pour une cérémonie bien plus importante et avec des participants particulièrement attentifs à cet hommage, notamment la fille du Capitaine Couëtdic, le petit-fils d'un des tués, un important Détachement du 11ème R.A.Ma., pour ne citer qu'eux et tous celles et ceux qui avaient bien voulu accepter de m'aider dans ma démarche du Souvenir. Mais le virus est passé par là... et on connaît (presque) la suite.

Il n'en reste pas moins vrai que le très modeste cérémonial de ce 18 juin 2020 "avait de la gueule" !

Le discours de Michel Fournier unissant le "18 Juin du Général de Gaulle" et "le Combat de ce même 18 juin des Voivres", le témoignage émouvant de Pierre Broggini devant une superbe stèle provoquant les applaudissements de tous à son dévoilement, ont emporté l'adhésion des présents et vont peut-être susciter quelques regrets aux absents.

Quant à moi, je suis un peu "sonné" » par ce voyage-éclair provoqué concomitamment par l’inhumation à Vauvillers du premier Chef des "Casques blancs" et cette inauguration surprise (était-on en train de me refaire le coup du 11 Novembre 2014 en oubliant de m’inviter ?) mais la réalisation de cette stèle et l’espoir - si rien ne s’y oppose - d’une manifestation plus étoffée le 4 octobre prochain me réconcilient beaucoup avec le genre humain.

S’agissant du combat de Les Voivres, il reste des zones d’ombre maintes fois évoquées dans ce blog. Certaines ont un début de réponse, d’autres non. En l’état des connaissances actuelles, il me semble pouvoir distinguer 3 groupes parmi les tués. J'y reviendrai plus tard dans mon blog et/ou par MP;

Merci encore infiniment pour ce beau lieu de Mémoire dont la Commune peut être fière !
Répondre