Les Ehpad rouvrent peu à peu leurs portes

par LES VOIVRES 88240  -  28 Avril 2020, 03:19  -  #Société, #Familles

Les Ehpad rouvrent peu à peu leurs portes

Je n'ai donc pas pu voir ma mère mercredi à la maison de retraite de Bains les Bains. Il fallait remplir avant d'entrer un questionnaire pour savoir si on n'avait pas de problèmes de santé. Il était ainsi demandé si on avait un traitement à base de paracétamol ou d'aspirine. La prise de ces médicaments peut empêcher de voir si on a de la température. Comme c'était le cas pour moi, je n'ai pas pu aller avec ma sœur dans la salle où ma mère attendait. Elle a simplement pu me voir de loin.

Par contre, il n'y avait pas de détecteurs de température. C'était à chacun d'estimer si il en avait ou pas ou de la prendre avant de venir. Tout était très bien organisé. Les visiteurs ne pénétraient pas dans le bâtiment principal où sont logés les résidents. La rencontre se faisait dans l'annexe avant l'entrée. Le résident était amené là. Il restait à plusieurs mètres de sa famille. Il fallait se nettoyer les mains avec du gel hydroalcoolique avant et après la visite.

Il faut remercier le personnel de l'Ehpad pour l’organisation de ces rendez-vous et pour le temps qu'il y consacre. Pour toutes les familles, ces retrouvailles sont un grand moment même si certaines personnes âgées ne comprennent pas toujours très bien les raisons qui nécessitent de prendre toute ses précautions. Ma mère avait entendu parler par ses parents de la grippe espagnole quand elle était jeune. Elle a pu faire le rapprochement.

Pour le moment, il n'y a aucun cas de contamination à l'Ehpad de Bains les Bains. Espérons que depuis mercredi la situation n'a pas évolué dans le mauvais sens. Il est toutefois douloureux de voir que si tout le personnel porte des masques, les pensionnaires n'ont aucune protection. D'après les chiffres effrayants de la mortalité dans les Ehpad, il est évident que ce ne serait pas du luxe.

Encore une fois cela montre bien l’impréparation totale dans laquelle est le pays. Il arrivait régulièrement que pendant le siège d'une ville, les habitants à court de vivres expulsent les personnes âgées et les enfants ou les mangent  Cela s'est produit à Alésia en  52 av. J.-C. et à Numance en Espagne - 134, -133 av. J.C.

Depuis le début de la pandémie les personnes âgées en général et les résidents en Ehpad en particulier paient un lourd tribut que le manque de protections et de tests de dépistage n'a fait qu'accentuer. Le jour du déconfinement on se prépare à envoyer en première ligne une autre génération, les enfants.

Encore une fois, il ne faut pas se faire d'illusion sur ces fameux gestes barrières.  Le gouvernement dans ses directives recommande de se tenir à un mètre les uns des autres. Mais d'autres pays demandent d'observer une distance d'au moins 1,5 mètre entre chaque personne. C'est le cas de l'Allemagne, de l'Australie ou de la Belgique, par exemple. Aux États-Unis, il est question de 6 pieds, soit 1,8 mètre, notamment parce que certaines études laissent entendre qu'un mètre ne suffit pas à arrêter le virus quand on tousse ou quand on éternue. Même en remplissant à moitié les cars scolaires comme le mentionnait Michel Fournier, il n'y aura pas un mètre entre deux élèves assis l'un derrière l'autre. Même si cette étape est réglée de façon optimale toutes les voix s'élèvent pour dire que les écoles ne peuvent accueillir les élèves dans de bonnes conditions. Manque de place, manque de protections, manque de points d'eau et impossibilité d'empêcher les enfants de se toucher.

A propos de cette rentrée scolaire, Michel Fournier disait :

il faut commencer "d'une façon la plus pragmatique possible, en disant 'cela est possible', 'cela ne l'est pas'. Si c'est possible, on le fait. Si ce n'est pas possible, on ne le fait pas".

Hé bien on pourrait commencer par calculer combien d'enfants on peut transporter dans un car en respectant une distance minimale de 1 mètre entre chacun d'eux. Encore faudra-t-il parler de la même chose. Cela ne signifie pas que si il avait cette distance entre deux rangées de sièges cela soit suffisant pour permettre de garder un écart correct entre deux enfants.

   
   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Jean NOEL 28/04/2020 14:59

« calculer combien d'enfants on peut transporter dans un car en respectant une distance minimale de 1 mètre entre chacun d'eux. » : bon énoncé d'un problème qu’Évelyne, notre "maitresse préférée", devrait soumettre à ses élèves (et sûrement aux "grosses tètes" gouvernementales). Ça lui éviterait peut-être de "s'automutiler" en plein confinement.☺

Les EHPAD paient en effet un lourd tribut (décès, incompréhension, impression de délaissement) et tous les chiffres ne sont pas encore remontés, sans compter qu'il faudra attendre aussi longtemps pour avoir le nombre des décès à la maison.

Grosse impréparation, grand retard, Kolossale (puisqu'on fait toujours référence à l'Allemagne) obstruction, course éperdue après le virus (masques, tests, lits, respirateurs, médicaments, vaccins) sans être sûr de rien. Je lis que le Premier Ministre risque gros et que la confiance au Gouvernement n'y est pas (à la hauteur depuis le début de la crise : 65 % non ; pour réussir le déconfinement : 62 % non)
Au pire retourner dans sa bonne mairie du Havre, que risque Philippe ? Rien. Les morts non plus me direz-vous... mais ils appellent à une "justice posthume" pour avoir été triés, être décédés dans la solitude, inhumés à la sauvette, n'avoir été que des statistiques..Hommage aux soignants, honte aux dirigeants !

« La stratégie nationale de déconfinement » présentée cet après-midi fait le buzz et les commentaires seront à coup sûr en surchauffe à l'issue. Un débat(?) englobant stratégie et application "StopCovid" à raison très controversée (outre se taire au prétexte d'unité nationale mais être identifié à quelles fins , suivi d'un vote dans la foulée seulement consultatif, sans délai de réflexion mais suffisamment tripatouillé pour faire croire à un semblant de démocratie et, le cas échéant, prétendre que les oppositions ont été consultées.
Au regard de cette suite de mensonges, d'imprévoyances, revirements, contradictions, rebondissements, divergences, (im)précisions diverses et variées, comment voulez-vous que ce « trio Élysée, Matignon, Conseil scientifique » sans charisme parvienne à convaincre des Français et à les faire "adhérer" pleinement à cette valse non pas à trois mais à mille temps ou plutôt à cette marche funèbre vers l'inconnu.