Chantier de repiquage de fraisiers à la Massonne

par LES VOIVRES 88240  -  19 Août 2017, 05:33  -  #Cultivar

Chantier de repiquage de fraisiers à la Massonne

"Une rigolade" écrit Noël Jean en parlant de cette deuxième journée de repiquage de fraisiers à la Massonne chez Boubou et Evelyne.

Hà ouiche. Hé bien allons rigoler en espérant que comme la première fois nous retrouverons là une bandes de joyeux drilles qui ne seront pas trop manchots. En attendant, il faut encore faire réchauffer la tourte, préparer une salade de pommes de terre et aller cueillir quelques pieds de batavia pour les emmener à Gruey les Surances. Dans quelques jours si tout se passe bien ce sera pour monter la yourte évènementielle sur son nouvel emplacement que tout ce beau monde va se retrouver. Enfin pas forcément les mêmes mais ce chassé croisé de bon bras permet d'absorber les coups de bourre et d'entretenir l'amitié.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

jean7288 19/08/2017 12:08

Oui je l'ai écrit mais pas que... C'est l'exemple même de désinformation - et je remets un ☺ - que médias et journalistes (je crois que Bernard en devient un véritable) utilisent en sortant une phrase de son contexte.
Toujours est-il -☺☺☺- que vous semblez tous passer plus de temps à préparer les réjouissances du ventre qu'à faire réellement la différence entre les plants frigo et les plants en motte de la fraiseraie 'industrielle" de Gruey-lès-Surance. Quand il s'agira de cueillir les fraises, je me demande ce que cela va donner !
Pour les yourtes, il est vrai qu'à l'image des valises, leur voyage peut former la "jeunesse" que vous êtes mais aussi les déformer... quelque peu, ce que je ne souhaite évidemment pas.
A cette cadence élevée de rencontres, il va falloir changer aussi de menu car la troupe ne va pas tarder à râler !
Allez ! Vous me donnez des regrets de ne pas être avec vous.
Bon courage et continuez à entretenir généreusement votre amitié.

jean7288 20/08/2017 08:58

C'est bien le sens que je donnais à mon commentaire : un bon repas partagé entre amis avec la satisfaction du travail bien fait et tout autre interprétation aux mots incongrus n'est, évidemment, pas de mise.

LES VOIVRES 88240 20/08/2017 05:02

Il y aura peut-être quelques fruits mûrs pour votre venue au mois d'octobre mais sans doute pas très sucrés. Cela vous permettre cependant de voir ces fameux fraisiers autrement qu'en photo. Pour le temps passé à cuisiné je crois qu'effectivement j'ai passé pas mal d'heures pour m'apercevoir que le chien d'un participant a dédaigné les restes de tourte qu'avait laissé Pascal. Vexant.

Evelyne 19/08/2017 23:55

23h00 tout le monde venu aider est reparti.
Nous sommes assis devant une tisane en savourant cette journée et en se disant que nous avons de merveilleux amis.
Les fraises en motte ont bien été différenciées des précédentes. Après quelques tâtonnements, tout le monde a trouvé et adapté la technique qui lui convenait le mieux pour le repiquage.
Je crois que de tels moments sont inoubliables, renforcent des liens d'amitié et permettent de bons espoirs pour l'entreprise future.
Maintenant, jamais nous ne dirons que le travail sera faussé ou bâclé par un bon déjeuner préparé avec amour par les personnes présentes. Nous ne pensons pas qu'à manger! Un repas partagé de n'importe quelle façon qu'il soit composé est un moment précieux et mérite d'y attacher de l'importance.
RV pris pour la semaine prochaine pour le déménagement de la yourte événementielle. Espérons être aussi efficaces que nos "ouvriers" de ce jour

jean7288 19/08/2017 19:02

On ne doit pas avoir le même humour.

Diana Kennedy 19/08/2017 18:38

Bonjour Jean

Je reviens de la Fraiseraie où, malgré notre icompétence due au fait qu'on est un tas de ploucs qui ne pense qu'à la bouffe, nous avons réussi à planter les fraisiers dans le bon sens. Du moins j'espėre. Assise sur le canapé à la Massonne, je lis dans ce blog.

J'ai bien compris que votre commentaire au sujet de la rigolade était en fait bien intentionné, que c'était un encouragement du type "vous avez maitrisé pire, vous ferez ces 3000 pieds en un tour de main".
Après, měme si je comprends qu'on peut avoir les boules du fait d'avoir été mal compris, je trouve que vous déchargez une sacré benne d'hostilités sur nos têtes.