Quand je serais petit, j'irai en colo à la Maisondici !

par LES VOIVRES 88240  -  28 Juillet 2017, 05:13  -  #maisondici

« Plus qu’un centre d'accueil, une maison »

« Plus qu’un centre d'accueil, une maison »

A entendant votre voiture arriver, un groupe d'enfants se mettent sur le bord de la route, 20 mètres plus loin, vous en dépassez un deuxième. Attention, il y en a encore deux autres qui les précèdent. On comprend pourquoi la route du Moulin des Voivres à l'Etang Lallemand est limitée à 30 km/h. Limitation que malheureusement très peu respectent à vrai dire. C'est pourtant là que vous risquez en cette saison de rencontrer souvent des bandes d'enfants et leurs accompagnateurs. Ils sortent tous de la Maisondici.

Soit ils participent à une colo ou ils sont inscrits au centre aéré. Ce n'est pas facile de les reconnaître, ils ont le même âge, les même k-wai fluo en ces jours un peu maussades ( vivifiants diraient les Bretons dans Astérix ) et sont en quête de découvertes. Ceux du centre aéré subventionné par la  Communauté d'Agglomération d'Epinal sont là uniquement la journée et mangent sur place à midi. Ce sont surtout des enfants du Val de Vôge. La colo assure le gite et le couvert. Elle héberge beaucoup de groupes qui viennent de la région parisienne mais pas seulement. Certains inscrits sont des environs : Xertigny, Epinal, Nancy.

En fait c'est surtout le thème traité qui fait choisir tel ou tel endroit pour aller en colo. Pour cette raison, même si il y a quelques fidèles, le plus souvent les enfants ne vont qu'une fois à la même place. La fréquentation au centre aéré varie aussi en fonction de celui-ci. La semaine dernière, ils étaient donc 100 pour découvrir avec les animateurs " Les Aventuriers des Temps Modernes". Celle d'avant tout le monde jouait aux indiens tandis que le cow-boy Gauthier Tisserand avait laissé tomber sa guitare et son ami Brassens pour mitrailler à tout va les passants avec un six-coup plus vrai qu'un faux.

 Les jours ci, c'est les sciences qui étaient à l'honneur. Le sujet devait être moins captivant car les enfants étaient moins nombreux. D'ailleurs Gauthier regrettait de n'avoir plus avec lui son revolver pour remettre au pas trois trublions plus intéressés par un concours de grimaces que pour apprendre à se servir d'un microscope.

Si les thèmes des colo sont différents selon les centres. Ils ne changent pas au fil des semaines. A la Maisondici vous avez le choix entre "Nature et Pêche" ou "Nature et Pêche". Quel que soit le temps les activités se déroulent sur le terrain. Une seule exception. On ne dort pas à la belle étoile mais sous le grand chapiteau devant le centre d'accueil s'il pleut. Autrement la veillée est faite régulièrement autour du feu de camp, même si en ce moment c'est un peu difficile d'allumer la flambée. Ensuite tous le monde se glisse dans le sac de couchage posé sur l'herbe ou sur les feuilles mortes.

C'est fou le bruit que peut faire une souris qui trottine sur celles-ci. Elle fait au moins autant de vacarme qu'un sanglier. Sans parler du sotré qui ricane parce que vous êtes effrayé. Au diable l'animal.

L'environnement de Les Voivres est exceptionnel surtout si on le regarde avec les yeux d'un enfant. Découvrir une espèce de lézard dans le Ru Migaille et apprendre de Frédéric que c'est une salamandre, résoudre des énigmes pour trouver un objet caché dans le bois ne cesse de les captiver.

A la condition bien sûr que les animateurs soit à la hauteur pour donner des explications  et les motiver. C'est le cas, l'équipe est bien rodée et sait charmer son jeune public. Cette politique permet de proposer des séjours à prix réduits qui seront accessibles à toutes les bourses.

Actuellement ce n'est pas toujours le cas et la bonne vieille colo d'antan a tendance maintenant à séparer les classes sociales. D'un côté il y à les familles plus modestes qui ont droit à des aides mais sans forcément pouvoir choisir le lieu de leur séjour. De l'autre les parents les plus aisés qui peuvent opter pour une colo privée aux tarifs élevés. Entre les deux les classes moyennes qui n'arrivent pas toujours à payer sans aides le séjour. Ce système ne favorise pas la rencontre d'enfants venant d'horizons différents.

Geoffrey Joly veut garder la mixité sociale qui était de règle dans les années d'or des colos. En jouant au maximum la carte de l'environnement où l'accès est gratuit, la Maisondici peut proposer des tarifs à pris réduits. Pour limiter les frais, seules deux sorties sont prévues pendant le séjour, une à la Ferme des 4 Sabots de la Chapelle aux Bois et une à la confiserie de Darney.

C'était un des objectifs des premières colonies de vacances. Être le complément du système éducatif et assurer un brassage social entre enfants des villes et de la campagne ou permettre à un fils d'ouvrier de faire la connaissance de la fille d'un patron.

Cette philosophie a été abandonnée presque partout en France mais pas à la Maisondici.

 

Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !
Quand je serais petit, j'irai en colo  à la Maisondici !