L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

par LES VOIVRES 88240  -  12 Juillet 2017, 04:51  -  #Associations

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

Après un démarrage un peu timide le samedi après-midi, l'Ecofestival a fait le plein. A 13 h 30 lors de l'ouverture Annick, la présidente, s'inquiétait du manque d'affluence mais bientôt les premiers visiteurs arrivèrent. Cela a permis de régler les derniers détails, par exemple la mousse trop abondante dans la bière. Le brasseur est venu depuis Xertigny où il travaillait pour changer une pièce et faire quelques réglages.

La catastrophe a donc été évitée et tout le monde a pu se rafraichir que ce soit là ou avec les jus de fruits, fournis par un producteur local, et les infusions ou kéfir préparés par les bénévoles. Personne n'a donc souffert de déshydratation malgré la chaleur accablante qui sévissait. Toutes les diverses conférences ( Gesticulée sur l'Eau dans l'Ouest Vosgien, Ondes et santé ou Monnaies Locales... ) ont été bien suivies de même que les autres animations, ateliers, balades et le récital piano violoncelle qui a fini cette première journée.

C'est peut-être parce que l'orage de la nuit avait rafraichi l'air, que le dimanche matin tout le monde se pressait sur le site. A 11 heures ce n'est pas moins de cinquante personnes qui accompagnèrent Julien Perrin dans une balade "Découverte des plantes sauvages comestibles".

Un autre groupe était parti un peu auparavant en compagnie de Geoffrey Joly pour un parcours au fil de l'eau et une visite de la roue à eau et du local l'abritant. Les quelques gouttes de pluie, résidus des averses plus importantes qui tombaient aux alentours n'arrêtèrent pas les nombreux arrivants. Bientôt le soleil brilla de nouveau sur le site.

Les enfants petits et grands se pressaient autour de TOFBLANC le clown pour apprendre à faire tourner des assiettes au bout d'un bâton ou pour le regarder manier en expert son diabolo. Le temps fort de ce dimanche fut sans doute la conférence sur "Les Pédagogies Innovantes" avec Pascal Corradini et Emilie Perrin.

Pierre Broggini est venu apporter son témoignage sur l'expérience de pédagogie Freinet menée par l'ancien instituteur Mr Felberg. Si celle-ci a été limitée dans le temps, 80 ans après, les souvenirs qu'il en garde sont toujours aussi vivants.

La jeune chanteuse Lucy Gallant s'accompagnant à la guitare fit la clôture de l'Ecofestival.

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

Faire connaître les sciences au travers d'expériences pratiques. Les Petits Débrouillards font de la médiation scientifique. Vous repartez en sachant que l'on peut faire flotter un trombone en fer sur un verre d'eau et pourquoi c'est possible.

Photos L'eau qui mord
Photos L'eau qui mord

Photos L'eau qui mord

L'eau qui mord

Conférence gesticulée sur l'eau samedi 8 juillet ou le pillage de la nappe phréatique vosgienne par des industriels.

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

Vanina présentait ses créations et les différents ateliers qu'elle anime. C'est elle qui a réalisé l'affiche de l'Ecofestival. Elle vous invite au Village de l'Ecrit à Fontenoy le Château le 5 août.

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

Une bière bien fraiche et sans faux col. Heureusement que le brasseur de Xertigny est venu changer un tonneau et une pièce du mécanisme.

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

  Le Clown TofBlanc est au jonglage. Auparavant il a fait travailler des enfants qui se sont entrainés à faire tourner des assiettes au bout d'un bâton.

La Popote à Pounette est venue préparer les repas du dimanche à midi
La Popote à Pounette est venue préparer les repas du dimanche à midi

La Popote à Pounette est venue préparer les repas du dimanche à midi

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici

Conférence sur les Nouvelles Pédagies Innovantes

Pierre Broggini et Evelyne Roy ont apporté leur témoignage.

L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
L'EcoFestival de la Transtion d'Ici
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

jean7288 12/07/2017 11:51

Beaucoup de choses intéressantes que je vais essayer de reprendre (pour certaines) dans l'ordre du message.
Pour la mousse il y a bien la solution de demander de la mettre au fond. Je l'ai déjà vu faire, brièvement et à condition, en effet, qu'elle ne soit pas trop abondante.
Normal que le monde se presse vers 11 h, ça commence, dit-on, à être "l’heure intelligente" pour l’apéro.
A l’image de Macron et d’Hidalgo hier pour les J.O, je note que Pierre et Evelyne ont passé leur grand oral ! Ce devait être un bon moment ! Heureux d’entendre à nouveau parler de Freinet car "La Chanson des cerises" est déjà un peu perdue de vue…
A y regarder de pas trop près, Roland Marx a un petit air de Karl mais je préfère "Les Songes d’une nuit d’été".
"La Popote de Pounette" et sa proposition de mettre les pieds sous la table, une belle allitération pour penser aux producteurs locaux et à leurs produits ainsi qu’à notre planète.
Oui aux "Coteaux de Coiffy" que je connais. Même si ce n’est peut-être pas très orthodoxe "œnologiquement", çà devrait cependant bien passer avec une tarte au Munster…. comme avec tout ce qui est lorrain d’ailleurs, des fuseaux aux terrines. « Dans le cochon, tout est bon de la queue au menton »
Bon, je ne sais pas si mon esprit est bien branché dans le bon sens comme ma lampe de chevet et si je ne ris pas à tout (comme sans doute les lecteurs de ce commentaire) le clown me pardonnera. Il y a aussi quelques petites choses qui fâchent (légèrement) comme cette cigarette "vapotée" à l’Open Bar. Quand je pense qu’on a voulu censurer la pipe de M. Hulot, c’est ce monsieur qu’on aurait dû envoyer fumer à La Colause.
« Sortir du nucléaire » : oui, mais… Utilisé aussi en médecine et constamment (mais si) dans notre vie quotidienne, cela ne va pas être facile. Avec la fermeture annoncée de 17 réacteurs, Hulot (pas le même) va avoir du fil à retordre. Quant à moi, en ressortant 2 commentaires que j’avais commis sur Loomji, je vais me faire assurément infliger le coup de grâce par la "ZAD" des Voivres.
http://www.loomji.fr/articles/nucleaire-france-5739.htm

LES VOIVRES 88240 13/07/2017 05:07

Tout argument n'est pas irrecevable mais on ne peut justifier la politique française du tout nucléaire par son utilité en médecine. Pour son utilisation militaire le stock mondial est suffisant pour détruire plusieurs fois la planète. Sa première utilité est de nourrir l'industrie de l'armement. L'Espagne produit 20 % de son électricité avec de l'éolien en France si vous voulez acheter une éolienne pour une maison individuelle c'est 40 000 € pour produire 10 000kwh.

jean7288 12/07/2017 16:31

J'ajoute que si vous avez l'occasion de voir en replay "Questions au Gouvernement" de ce jour, vous y constaterez l'embarras concernant justement de Hulot (le ministre d’État, évidemment) cette question de la transition énergétique.
Dommage, je n'y ai pas prêté attention plus tôt. Cela m'aurait donné d'autant plus d'arguments... recevables, cette fois.

jean7288 12/07/2017 15:04

Si tout argument est irrecevable, la discussion est forcément close. Pas très démocratique cela. Pas étonnant, c'est ce qu'il se passe actuellement au Parlement avec une Chambre un peu trop "bleu-LREM".
Avant, il faut avoir cependant l'honnêteté de reconnaître que, grâce au nucléaire, la France (c'est d'elle dont je parle) a globalement "bien vécu" avec de grands projets, de l'emploi, des (bonnes) "retombées" pour les secteurs concernés mais aussi pour le Pays tout entier, une sorte d'indépendance énergétique, etc. Quant aux accidents, pas sûr qu'ils soient supérieurs à ceux causés par l'extraction du charbon. En réalité, c'est même l'inverse.
Je ne suis pas contre les énergies renouvelables, bien au contraire. Seulement, il faut être réaliste (pragmatique, dirait l'autoproclamé "Maître des horloges") et, tout en les faisant monter aussi rapidement que possible en puissance, ne pas vouloir faire table rase du passé trot tôt. Même si je ne mésestime pas le coût d'entretien des centrales et du stockage des déchets par exemple, ces énergies renouvelables ne sont pas encore totalement prêtes à remplacer le nucléaire, loin s'en faut ! Et je ne vois pas bien les Voivrais imiter un jour le Paul Ory, tirant son électricité de l’Étang Lallemand et/ou du Ru Migaille.
Quant au nucléaire militaire, que je ne défends pas forcément non plus, je laisse le soin à chacun d'apprécier (ou non) son utilité, de juger du rôle - de plus en plus remis en cause - de la France comme grande puissance, de dénigrer (ou non) la force de dissuasion qu'il exerce à l'égard d'autres États (dirigés par des fous pour certains) qui en sont, ou pas encore, dotés.

LES VOIVRES 88240 12/07/2017 13:14

Si le nucléaire est aussi utilisé en médecine, ce n'est pas tout à fait les mêmes particules. Il n'y a pas besoin de se doter de bombes qui peuvent faire sautes des dizaines de fois la planète ou de centrale tellement sûres que l'on étouffe les accidents et les défauts comme la cuve fabriquée par Le Creusot. S'il faut tuer des milliers de personnes ou les empoisonner pour en soigner une, l'argument de l’utilisation en médecine me parait comme les autres, irrecevables.