Bains-les-Bains - Un homme retranché interpellé par le GIGN

par LES VOIVRES 88240  -  17 Juillet 2017, 09:25

BROGGINI 17/07/2017 10:25

Mon cher Jean, vous le savez aussi bien que moi que de Villiers peut quitter la grande muette, en tout état de cause il percevra son traitement mensuel, savoir qu'un général n'est jamais à la retraite, sa ration de cigarettes et sa carte lui accordant 75% de réduction sur les trajets SNCF. Ainsi fait, il pourra entrer en dissidence par rapport au marquis de Bercy.

jean7288 17/07/2017 11:03

Cher Pierre, je suis d'accord avec vous sauf, peut-être, pour la ration de cigarettes. Je crois que, Evin étant passé par là, çà n'existe plus depuis un bon moment.
Pour revenir à la "Ministre désarmée", je me demande réellement à quoi elle sert et comment (le devenu trop puissant) Le Drian aurait réagi.

jean7288 17/07/2017 10:14

En parlant de GIGN, je me dis que le CEMA de Villiers aurait mieux fait de solliciter (à temps) son "Adieu aux Armes", comme l'a fait - sentant très certainement le vent venir - le héros du GIGN (29 décembre 1994) puis patron de la Gendarmerie Favier, en août 2016 pour aller se recaser à la Sécurité du Groupe Total.
La polémique continuant, on ne voit pas bien comment Devilliers, coincé entre l'arriviste Darmanin au Budget et l'inexistante (probablement propulsée à ce poste à dessein) Parly qui a fini, elle aussi, par (carriérisme oblige) le désavouer, pourrait encore jouer un rôle dans « l'Histoire de confiance » qu'il met en avant. Il est évident que sa menace de démission ne pèse pas lourd dans un Pays où les généraux pullulent