Elections législatives

par LES VOIVRES 88240  -  13 Juin 2017, 05:02  -  #Municipalité

 

Retour sur le premier tour des élections législatives. Résultats et réactions des candidats de la 4ème circonscription.

BROGGINI 13/06/2017 18:19

Le Premier Ministre a-t-il assez d'envergure pour renvoyer Mr Bayrou dans son domaine équestre? Je ne le pense pas, Mr Bayrou ne s'est pas laissé intimider lorsque le Premier Ministre lui a fait reproche d'influencer la radio sur certains points. Toujours est-il que le pacte du chambardement dans lequel les Français sont engagés permet à Mr Macron de jouer son va-tout, il se situe, en effet, dans le plus important parti politique de France. Mr Hollande doit s'en mordre les doigts puisque ce pacte sera à l'origine de l'éclatement du parti socialiste. Le scrutin de dimanche prochain sera clair à n'en pas douter et les Républicains verseront aussi des larmes.

jean7288 13/06/2017 17:33

Oui, il y aurait beaucoup à dire sur ces élections législatives mais la "mayonnaise" ne prenant pas forcément avec les commentaires, il vaut mieux attendre le second tour et on y verra – si besoin est - encore un peu plus clair. L’arrogance (si, si) des vainqueurs pointe déjà. La colère des battus n’a plus de limites. L’inconsistance des rescapés montre son étendue. La campagne du 2ème tour des Législatives ne consiste, une fois de plus, qu’à combattre le FN.
Reste que j’aimerais bien qu’on m’explique (même si j’en ai une petite idée) qu’après nous avoir serinés que la France était, en gros, divisée en 4 blocs, la Gauche de la Gauche, les Socialistes, la Droite et l’Extrême Droite, notre soi-disant Démocratie réduisait, en fait, sa représentation à 2 : les abstentionnistes (ce qui serait aisé à changer) et LREM. Il y a là vraiment un déni (qu’heureusement les contre-pouvoirs corrigeront), relevé par beaucoup, promis d’être modifié par d’autres mais aussi vite oublié par ceux qui détiennent, effectivement, le pouvoir.
Le "Pouvoir" et ses excès. Un (au moins) qui pourrait en parler mieux que moi (évidemment), c’est notre "multi-cartes" Garde des Sceaux et sa loi sur la moralisation rebaptisée (preuve que la morale n’a pas sa place en politique) « projet pour redonner confiance dans la vie démocratique ». Plombé – croyait-on - au départ par sa militante (la seule disent les mauvaises langues) de Sernez, devenue elle aussi ministre par le miracle (deal) de cette Présidentielle, preuve encore que « cas » ou « affaires » se marient, encore et toujours, assez bien au sein de la classe politique, il va avoir du boulot..
Il vient de se faire recadrer (à juste titre mais pour combien de temps ?) par le Premier Ministre – lui-même borderline - après s’être cru autorisé à contacter (faire pression sur ?) l'un des directeurs de Radio France pour évoquer le traitement médiatique de l’affaire du MODEM. Non, Monsieur Bayrou, au Gouvernement malgré votre mise en examen fût-elle automatique et qu’il ne s’agisse que d’une affaire de diffamation (?) et que vous ne serez peut-être plus au Gouvernement quand elle sera jugée, vous n’êtes pas un citoyen comme les autres. Si le locataire de l’Elysée puis celui de Matignon vous réservaient toute leur confiance … tant qu’ils avaient besoin de vos électeurs, pas sûr qu’ayant identifié votre souci de rebondir en politique, ce soit encore le cas. En découvrant (?) votre ambition et en étant eux-mêmes peu à peu grisés par le pouvoir quasi absolu que le bon peuple (pas même la moitié seulement, ce qui devrait ramener à plus d’humilité) vient de donner à un mouvement encore inconnu il y a un an et demi, la question est de savoir combien de temps.
Votre position est à la fois complexe et compliquée et vous allez finir par devenir embarrassant. Quoi qu’il arrive et en raison de vos fréquents retournements de veste mais aussi de votre habilité, vous parviendrez à vous en sortir et je vous vois bien, ensuite, exceller dans le rôle de frondeur "inspiré" ! Pour cela, moi aussi je vous fais confiance…