Rencontre avec Beltaine

par LES VOIVRES 88240  -  15 Mai 2017, 04:55  -  #HISTOIRE

 Prés de l'étang Lallemand. Photos Sylvia von Kaenel Prés de l'étang Lallemand. Photos Sylvia von Kaenel
 Prés de l'étang Lallemand. Photos Sylvia von Kaenel Prés de l'étang Lallemand. Photos Sylvia von Kaenel

Prés de l'étang Lallemand. Photos Sylvia von Kaenel

Ce week-end se tenait à Les Voivres le grand rassemblement des druides de l'Assemblée du Chêne et du Sanglier. Une conférence sur le druidisme à laquelle le public était invité, fut donnée à la salle des Fêtes.

Le lendemain tous ceux qui le désiraient ont pu assister à un spectacle sur Le Petit Peuple de la Forêt dans la carrière derrière l'Abridicidici. Ce n'est pas un hasard si cet endroit à été choisi. Les représentants de l'assemblée, quand ils l'ont découvert, ont tout de suite été sensibles à la beauté du site et à son histoire.

Encore une fois le nom de Pont des Fées n'est pas anodin. Il résume bien toute la magie et le charme de ces bois qui étaient déjà un lieu de rassemblement celtique.

La conférence fut présentée par les druides Eber et Deruos et fut suivie d'un exposé sur la recherche de leur identité par les sociétés en voie d'acculturation par Anne Ferlat : Indiens d'Amérique, tribus d'Amazonie, Hellènes dont le combats pour être reconnus pourrait s'apparenter à celui des ruraux luttant contre le pouvoir centralisé des métropoles.Les deux druides parlèrent principalement du néo-druidisme qui fête maintenant son tri-centenaire en France, en Europe et dans d'autres parties du monde comme le Canada et l'Australie. Ces pays comptent d'importantes communautés d'origines celtiques, principalement irlandaise, bretonnes ou galloises.

Les druides avaient des fonctions variées. Ils étaient à la fois prêtres et médecins, diplomates, poètes et bardes. C'étaient eux qui gardaient en mémoire l'histoire de leur peuple et la chantaient devant leurs compatriotes. Leur civilisation ne pratiquait pas l'écriture. Nous possédons cependant les textes de certains historiens latins et grecs, César, Pline, Diodore.

Les fouilles archéologiques permettent maintenant de mieux connaître les celtes et les druides. Ceux-ci par leurs fonctions ne furent pas acceptés par les occupants romains et par les évangélisateurs chrétiens qui combattirent leur influence. A la fin de la période gallo-romaine ils n'avaient plus de représentants en Europe.

La tradition orale se maintenait cependant sous forme de légendes et fut enregistrée au Moyen-Âge par les moines copistes mais ce n'était qu'une réalité déformée.

Au 18 ème siècle, on assiste à une renaissance du mouvement sous l'impulsion principale de deux hommes Toland et Morganwg qui s'appuient sur la mythologie, la tradition, la poésie, pour le définir.

Depuis les années 70 et  80 des études scientifiques rattachent le druidisme, à travers les migrations Indo-Européennes, au védisme, au chamanisme, aux traditions helléniques et à la grande saga nordique.

Plusieurs tendances existent dans le néo-druisdisme. Certains sont plus attachés à l'aspect religieux, d'autres s'efforcent grâce  aux découvertes archéologiques d'être au plus près de la tradition. D'une façon générale la plupart des collèges s'entendent sur une spiritualité ancrée dans le respect des ancêtres, de la culture celte, de la nature et des lieux de la terre chargées d'histoire.

A la fin ce cette conférence, un rafraichissement fut offert puis les druides et sympathisants partirent vers l'étang Lallemand pour faire sonner les tambours chamaniques sous les regards de la lune et des fées.

 

 

 

 

De gauche à droite : Eber, Druide, Anne Ferlat, Deruos, Druide.

De gauche à droite : Eber, Druide, Anne Ferlat, Deruos, Druide.