Les jeunes du Val de Vôge s'investissent dans les élections législatives

par LES VOIVRES 88240  -  27 Mai 2017, 04:41

Né le 9 Octobre 1994 à Epinal, j’ai passé mon enfance dans la ville thermale de Bains-les-Bains, dans les Vosges. Cette France rurale qui m’a vu grandir, j’y suis extrêmement attaché.

J’ai vu les problèmes auxquels notre nation est confrontée. Des difficultés qui demeurent et des enjeux nouveaux. J’ai vu dans la pratique de la politique trop de postures, de facilités, de logiques partisanes.

Alors j’ai décidé de m’engager dans la campagne des législatives.

Je m’engage avec une idée précise de la mission de représentant.

Un député doit avoir une saine ambition : celle de servir. Il doit savoir résister aux tentations liées à la fonction, agir en conscience, et placer toujours l’intérêt commun et les principes avant toute autre considération. Il doit avoir aussi des convictions fortes.

Je m’engage pour les libertés, parce que je vois comment elles peuvent changer vraiment la vie des gens. Parce que je vois comment les lourdeurs administratives et les réglementations abusives ont conduit notre pays au pessimisme. Cette impression que rien n’est jamais possible.

Il y a trop de talents gâchés ! Trop de découragement ! Ma conviction est la suivante : Nous n’avons pas besoin d’un Etat toujours plus intrusif, mais d’une société plus forte.

Notre pays a tout pour réussir dans le monde qui vient ! Alors il faut un réveil des consciences. Agissons, pour la France !

 

Cédric DREVET

Mail : cedric.drevet.d@gmail.com

Facebook : https://www.facebook.com/drevet2017

Cédric Drevet Sans étiquette

Cédric Drevet Sans étiquette

Sa suppléante Marie Demange est native de Les Voivres. Elle est étudiante en sécurité, elle passe son baccalauréat cette année. Son père Jean-Louis Demange a été de très nombreuses années sapeurs pompier bénévole au centre de Bains les Bains. Il lui a donné le goût de s'investir dans les actes citoyens.
Elle même a été Jeune Sapeur Pompier de la Vôge.

Un autre candidat très jeune, Mr Sébastien Humbert d'Harsault, se présente dans la circonscription d'Epinal sous l'étiquette FN.

 

jean7288 27/05/2017 12:29

> Ce jeune homme aurait-il quelque chose à voir avec le maire de Bains-les-Bains ?
> C'est tout à fait bien que des jeunes s'engagent mais, en matière d'élections, le contexte actuel nous replonge, hélas, dans les miasmes de certains politiciens enclins à se servir plutôt qu'à servir.
Fasse que ces jeunes ne tombent pas dans les travers de certains de leurs prédécesseurs !

> Le peuple commençait à y croire et la confiance en nos dirigeants semblait prête à revenir peu à peu..
Peu de fautes (ou presque) de ce tout nouveau et jeune Président. Une stature de Chef d’État retrouvée, loin des gesticulations sarkozistes et des familiarités hollandaises. Une attitude de Chef des armées assez magistralement assumée lors de différentes manifestations et au cours d’initiatives saluées (quasi) unanimement. Une volonté de transparence et de moralisation de la vie politique, une certaine habilité à former un Gouvernement, voilà qui augurait assez bien des débuts du quinquennat Macron.
Las ! "Enferrandé" dans un cauchemar fillonesque, le voici pris au piège d’un de ses plus proches amis, homme lige de sa campagne présidentielle, « arroseur arrosé », pourtant pourfendeur de ceux qui n’appliqueraient pas la morale… celle que le peuple comprend mais, de toute évidence, pas la sienne
Ce n’est pas avec un Premier Ministre, relevant d’un blâme et non signataire de lois relatives à la moralisation et attendant le résultat des urnes, qui n’a pas non plus compris qu’il ne s’agissait pas pour Ferrand d’avoir sa confiance mais d’avoir celle de l’opinion publique, qu’il peut espérer se sortir honorablement d’une situation qui commence à plomber la bonne image qu’on pouvait commencer à se forger.
« Il y a un débat Ferrand, il n'y a pas une affaire Ferrand. » : soit ! « Légal et moral » : soit encore ! Mais le ver est dans le fruit, le mal est fait.
Avec une campagne présidentielle pourrie par l’affaire Fillon, celle des législatives pourrait bien l’être aussi par l’affaire Ferrand (car, qu’on le veuille ou non, il y en a bien une). Sans une décision rapide, énergique, voire brutale - surtout lorsqu’il s’agit d’un ami tout proche - mais nécessaire (on n’est pas, non plus, à l’abri d’une "sortie" dont l’actuel Garde ses Sceaux à le secret), la crédibilité de la Présidence, quelque peu sapée pendant ce "viaduc" de l’Ascension et malgré le (ou à cause du) marathon politique plus ou moins providentiel du Chef de l’Etat, pourrait bien n’être, hélas, qu’un feu de paille.
Non, décidément, à quelques jours de la présentation d’une loi relative à la moralisation de la vie politique, cette affaire ne tombe pas bien Je suis curieux de voir comment notre Président de la République saute l’obstacle. Son quinquennat, ainsi mis à l’épreuve, en dépend.

LES VOIVRES 88240 28/05/2017 04:49

Ce jeune homme est son fils