On dirait de la prune !

par LES VOIVRES 88240  -  6 Février 2017, 04:33  -  #Cultivar

On dirait de la prune !

Il pleut depuis ce matin. Les Feugnottes sont noyées dans le brouillard, une énorme chenille blanche flotte au-dessus de la vallée du Côney et les nuages bas se crèvent la panse sur Hardémont. Sur la place, la Librairie Ambulante qui est arrivée il y a quelques heures essaie de faire bonne figure mais par ce temps les visiteurs risquent d'hésiter à mettre le nez dehors. Par contre à l'atelier public, l'ambiance n'est pas à la morosité.

Valérie distille et pas n'importe quoi. On n'est pas dans les Tontons Flingueurs. Celui qui boira l'eau de vie qui sort en un mince filet de cet alambic ne risque pas de devenir aveugle ou fou comme les consommateurs d'alcool de contrebande fabriqués aux meilleurs temps de la Prohibition.

Ce sont des fruits qu'elle a récoltés cet été, des mirabelles du Moulin des Voivres. Elle a elle même repiqué ces arbres il y a quelques années. Elle était donc impatiente de transformer sa récolte. Celle-ci a été belle malgré quelques frayeurs au printemps quand la floraison semblait menacée. Après les tartes, l'eau de vie.

Elle rajoute une buche de temps en temps. Le feu ne doit pas être trop vif et elle pèse régulièrement l'alcool qui sort. Il n'est pas question de le titrer trop bas. 52°, c'est la bonne mesure. Elle ira chercher de l'eau à la fontaine de la Grande Fosse pour le couper un peu. D'après elle, il ne faut pas en prendre ailleurs. Je ne me souviens pas si mon père avait les mêmes habitudes. Maintenant il est peu tard pour lui demander. Il est tout à fait  sûr que, comme pour la bière, certaines sources conviennent mieux que d'autres.

Elle a détourné deux mannequins de paille de blé qui lui sert à tapisser l'alambic. Si Valérie n'est pas bouilleur de cru professionnel, elle tient à suivre pas à pas les méthodes traditionnelles.

Je me souviens d'ailleurs d'un après-midi passé justement à l'atelier de la Grande Fosse. Mon grand-père et l'ancien maire, Louis Honoré surveillaient chacun une cuite. De temps en temps pour vérifier la qualité du produit qui sortait et sa teneur en alcool, ils en versaient un peu sur le couvercle en cuivre et le faisait bruler. Ils observaient la couleur de la flamme, son intensité et à partir de là, savaient si la cuvée serait bonne.

Manifestement celle de Valérie promet d'être excellente. Nous pourrons peut-être la juger à la prochaine Fête des Voisins.

 

 

 

On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
On dirait de la prune !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

jean7288 06/02/2017 10:22

Dans les années 50-60, il n'était pas rare d’entendre quelques histoires narrant l'activité (plus ou moins avérée) des "gabelous", ici et là et jusqu'au Moulinn des Voivres. Je me souviens que la tradition était d'avoir toujours quelques bonbonnes "de derrière les fagots", dans le sens surtout de "soustraites à la vue de tous", en particulier desdits gabelous.

[ La distillation, un savoir-faire transmis dans le respect de la tradition
Des gestes complexes qui ne se transmettent pas d’un coup de baguette magique. Il y a aussi et surtout les calculs des températures et des comptes d’apothicaires pour lesquels il ne vaut mieux pas se tromper avant de les inscrire sur l’imprimé destiné à la direction générale des douanes. Les gabelous (douaniers) peuvent venir à tout moment dans un atelier de distillation. « J’ai déjà été contrôlée. Un matin j’ouvrais l’atelier à 6 h, ils sont arrivés derrière moi », se souvient la distillatrice. ] (Vosges Matin du 14-12-2015)

LES VOIVRES 88240 06/02/2017 14:52

Ce qu'il y a de bizarre c'est que d'un département à l'autre la réglementation était plus ou moins sévère.

BROGGINI 06/02/2017 09:29

Cette charmante demoiselle, dans un atelier de distillation hétéroclite, ne craint pas d'être asphyxiée, il semble que le raccordement du tuyau de l'alambic est du bricolage à la bébert, certes, ce qui n'empêche pas de sortir une eau de vie de qualité, nous irons la déguster chez vous chère amie du Moulin des Voivres.

LES VOIVRES 88240 06/02/2017 09:48

Non je n'ai pas l'impression que que le local baignait dans les vapeurs d'alcool