La Météo des Vallées

par LES VOIVRES 88240  -  17 Février 2017, 05:46

Photo Météo des Vallées

Photo Météo des Vallées

DEMAIN: Faiblement perturbé.

► Un changement de temps à lieu ce soir, en effet, une perturbation de faible activité touche nos régions avec de faibles pluies. Ce type de temps va se poursuivre cette nuit.

► Demain, le ciel sera bien gris et quelques pluies pourront encore se produire ça et là, la neige devrait apparaître au dessus de 1200/1300m de façon anecdotique sans cumul au sol. Quelques éclaircies pourront apparaître également en particulier l'après-midi et en plaine.

► Les températures seront globalement de saison sans gelées matinales grâce à la nébulosité de cette nuit.

La suite?

► La domination des hautes pressions va se poursuivre ensuite pour les 8 prochains jours avec belles éclaircies et douceur en montagne assuré. Temps sec, généralement ensoleillé et douceur en plaine et vallées après la dissipation des grisailles de basses couches. Retour de quelques gelées en début de journée.

Bonne soirée à tous!

Lionel
Page Météo des Vallées

Il est temps de commencer le jardin. Photo Claire Munier

Il est temps de commencer le jardin. Photo Claire Munier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

ETIENNE Michaël 19/02/2017 15:05

Monsieur NOEL.
Vous vous étonnez, et à juste raison, que "ce blog soit aussi peu utilisé par les lecteurs". Aussi, je me permets de vous informer que ce site est reservé à quelques privilégiés qui font leur propre éloge et se congratulent à longueur de temps.
En parcourant ce site il y a quelques mois, j'ai appris que l'on s'interessait au livre que Mademoiselle HOUILLON souhaitait publier. Cela m'a tout de suite interpellé puisque Marie m'en avait parlé et pas seulement. Je me suis réjoui que la commune s'y intéresse enfin et j'ai poursuivis la lecture des commentaires.
Mais surprise. Il ne s'agissait absolument pas du recueil composé par Mlle HOUILLON, mais d'une étude ( certes tres intéressante sur le village) composé par un groupe de jeunes sous la direction de Marie.
Je me suis alors permis d'intervenir pour informer que l'étude sur Les Voivres: "1793 cent quatre-vingt unième anniversaire 1984" et l'ouvrage "Les Voivres d'hier", un recueil de 88 pages évoquant des coutumes, des farces, des drames mettant en scène des habitants de Les Voivres ( et que Marie n'avait pu éditer à cause de son hospitalisation ) sont deux choses différentes.
Cela posait peut-être problème!
Alors que l'un prétendait avoir ressuscité "le fameux livre" de Marie, un autre intervient et annonce que l'on fait fausse route!!!
Ça dérange! !!!
Alors Monsieur MUNIER me fait comprendre que Monsieur NOEL a retrouvé le livre de Marie HOUILLON. C'est tout...
Que faire???
Rien. Puisque j'ai en face de moi des personnes qui travaillent pour elles-même et s'en félicite.
Alors je fais profil bas, je m'excuse, j'ai du me tromper, j'ai du confondre avec d'autres ouvrages de Marie...
Et pourtant....
Et pourtant...
Voyez, Monsieur NOEL, contre l'orgueil de certains, on ne peut rien...
ETIENNE Michaël.

LES VOIVRES 88240 22/02/2017 05:53

Je vais me permettre de répondre à ce commentaire. Je crois être entre les deux. Premièrement j’aurais pu publier ce texte sur le site de Les Voivres au lieu de mettre un lien. Mais quelle que soit la personne je fais toujours comme cela pour laisser l'auteur présenter lui-même son travail et en espérant que grâce à ses liens croisés, les publications de tous, dont celles de lesvoivres88240 seront mieux connues.
Si vous même avez un site je peux procéder de la même façon. Autrement vous pouvez si vous le désirez envoyez un article sur ce sujet que je publierai sous votre nom. Je pense encore une fois, que cela mettrait plus en valeur votre travail qu'un commentaire sur un articles qui est déjà occulté par d'autres.

ETIENNE Michaël 21/02/2017 18:43

Bonjour Monsieur NOEL.
Je vais essayer d'être le plus cordial possible afin de ne pas choquer et d'être "digne d'un bon petit marin". Bref. Être digne signifie-t-il Être d'accord en tout point avec vous? Je ne remets pas en question l'intérêt que vous portez sur le village de Les Voivres. Comme je l'ai dit: il faut reconnaître le travail que vous avez fait. Et encore merci d'avoir contribué à rendre possible la diffusion de l'oeuvre de Marie Houillon. Toutefois, et c'est le point sur lequel je ne suis pas d'accord (cela reste mon point de vue et n'engage que moi), les ecrits de Marie n'auraient jamais du figurer sur un site perso. Pour acceder à l'oeuvre, un lien vous envoie du blog des Voivres sur votre site. Marie Houillon a ecrit avant tout POUR Les Voivres. C'est tout naturel que l'oeuvre figure sur le site des Voivres et non pas un lien. J'ai bien intégré le fait que vous aviez demandé l'accord à la famille pour diffuser sur internet et ça aussi je ne le remets pas en cause. Aussi lorsque l'on parcourt les commentaires qui accompagnent l'oeuvre et bien oui, cela m'interpelle ( cela n'engage que moi encore une fois). Afin de ne pas polluer le site de Monsieur Munier et sur votre demande je ne m'exprimerai plus sur le sujet. Merci.

jean7288 20/02/2017 14:36

Je ne comprends rien à ce semblant de querelle, contraire, me semble-t’il aux bonnes dispositions - apparentes - dont vous faisiez preuve en octobre 2016.

► Je prends acte que l’ouvrage "Les Voivres: 1793 cent quatre-vingt unième anniversaire 1984", enregistré à la BNF et pour lequel j’ai demandé l’autorisation de mise en ligne à la famille, n’a rien à voir avec "Les Voivres d'hier", un recueil de 88 pages que je ne connais absolument pas.
Jusque là, aucun problème ni dérangement Dans le SEUL BUT et SEULE AMBITION de mieux faire connaître l’Histoire de Les Voivres, il est tout de même permis, tout orgueil, profil bas, excuses, erreurs, mis à part, de se féliciter et de se réjouir de pouvoir mieux la vulgariser. (dans le sens premier du Larousse : mettre des connaissances, des idées à la portée de tous, les faire connaître au grand public. Le tout avec, c’est en tout cas très clair dans mon esprit, avec beaucoup d’humilité.

► Sauf à ignorer les méthodes modernes de communication – ce dont je m’étonne de votre part – j’assume m’être questionné sur le fait (et sur l’aspect, maintenant polémique de vos commentaires) de ne pas trouver ces ouvrages à la mairie (valable aussi pour d’autres, comme un sur le 18 juin 1940 pourtant remis au Maire), et d’avoir aussi "sursauté" en découvrant le prix (et le temps requis) de 54 € demandé par la BNF pour 54 photocopies n & b et de mauvaise qualité, mais que j’ai accepté sans barguigner.
Ma seule motivation est, encore une fois, tout en rendant hommage (ce que, si vous m’avez bien lu, je ne manque jamais de faire) à Marie Houillon – si, à mettre quelqu’un en avant, c’est bien elle - qui était si fière de ce village, de mieux faire connaître l’Histoire des Voivres. Par ailleurs, en plagiant très approximativement le Général de Gaulle (c’est à la mode actuellement) au cours d’une de ses célèbres conférences de presse, je dirai simplement et modestement : pourquoi voulez-vous qu’à 70 ans, je veuille me mettre en avant ? Vous comprendrez donc que, peu m’importe, vous adhériez ou non à un blog (le mien), au demeurant lisible par tous avec possibilité de commenter, c’est le principe des blogs et où j’ai eu la faiblesse d’écrire avoir "ressuscité" (mais aviez vous remarqué les guillemets ?) cette brochure.

► Si vous voulez éditer le recueil " Les Voivres d'hier" dont vous parlez et que, je le répète, je ne connais absolument pas, traitez donc avec la commune mais arrêtez de fulminer contre Internet et mon blog personnel. Il n’est pas question de s’approprier (pour qui que ce soit ?, c’est moins sûr) l’œuvre de Marie Houillon. Sinon, vous pouvez aussi – puisque vous êtes apparemment en sa possession - le garder par devers vous et il faudra peut-être, comme pour "La Chanson des Cerises" quelque 75 ans pour le "ressusciter" (cette fois, c’est le cas de l’écrire)… au grand bonheur des Voivraises et des Voivrais .

► Je suis d’accord avec le commentaire de Bernard 19-02-2017 15 h 41 et je ne comprends vraiment pas pourquoi, qu’à partir de vos propres commentaires, datant effectivement d’ octobre 2016 et qui me paraissaient (mais au vu des derniers, je l’écris avec hésitation) assez positifs, vous en arriviez à évoluer vers une sorte de querelle qui n’a vraiment pas lieu d’être ni de se poursuivre. Vous n’avez rien compris et il est navrant, pour ne pas dire choquant, que vous me prêtiez, à quel titre d’ailleurs, de si basses intentions et de telles manœuvres. Vous avez abandonné votre cordialité et ce n’est vraiment pas digne d’un marin de Brest, comme vous vous êtes, vous-même, décrit. Au passage, mais c’est comme vous le souhaitez, après ce message, que je considère comme un "droit de réponse ", et afin d’éviter se surcharger le blog de Bernard, vous pouvez m’envoyer vos remarques à l’adresse mail que je vous ai indiquée alors.

LES VOIVRES 88240 20/02/2017 05:36

Je crois pouvoir affirmer que si Noël a partagé cette brochure en premier sur son site c'était déjà pour que le public puisse en prendre connaissance. Je ne sais qu'elles étaient les volontés exactes de Mlle Marie Houillon. Il a demandé l'autorisation à la famille

ETIENNE Michaël 19/02/2017 20:14

Toutes les publications faites jusqu'à présent ne figurent pas dans le manuscrit. C'étaient des écrits antérieurs qui avaient été mis de côté mais connus. La preuve, il étaient enregistrés à la BNF ou conservés par quelques personnes. A ce sujet, il faut reconnaître le travail de recherche et de "remise à jour" de Monsieur NOEL. Toutefois, je n'adhère absolument pas au fait que les Ecrits de Marie Houillon figure sur un blog personnel: où l'auteur se permet de glisser une petite clavette au Maire de Les Voivres en s'étonnant que depuis tant d'années celui-ci n'ait pu réussir à retrouver ces écrits, se féliciter d'avoir ressuciter un livre et qui plus est, informer de ce que celà lui a coûter. Je me pose des questions quant aux motivations: A-t-on voulu rendre hommage à Marie Houillon en permettant de faire connaître ses écrits ou a-t-on publier sur un site perso pour se mettre en avant?
Oui. Je souhaiterais vivement transmettre à Monsieur Fournier mais dans le strict respect des volontés de Mademoiselle Houillon. Merci.

LES VOIVRES 88240 19/02/2017 19:32

Je ne peux vous répondre au nom de la commune. Pour éviter tout malentendu est ce que les publications faites par Noël Jean jusqu'à présent concernent ce manuscrit ? Y a t'il d'autres ouvrages qu'il a publiés que Mlle Marie Houillon aurait voulu garder ?
Souhaiteriez que le recueil " Les Voivres d'hier" soit publié par la commune ?
Dans ce cas il serait peut-être possible que vous contactiez Michel Fournier pour voir s'il serait possible d'éditer sur un site Internet type Lulu.com où l'exemplaire en noir et blanc ne coute que quelques €, à condition d'avoir quelqu'un qui se charge de la mise en page.

ETIENNE Michaël 19/02/2017 18:38

Le recueil " Les Voivres d'hier" est probablement le plus récent puisque Marie Houillon avait cherché à le faire publier avant son hospitalisation. Elle n'a malheureusement pu poursuivre du fait de son état de santé.
Aussi lorsque Marie Houillon m'a transmis une copie de son manuscrit, elle m'a confié avoir donné ou envoyé un exemplaire à Monsieur FOURNIER, maire de Les Voivres. En précisant que "si un jour la commune était interessée par ses écrits, elle pourrait les utiliser pour une édition."
Il a bien été stipulé "une édition", "par la commune". Et non pas une publication sur internet et pire encore sur un blog personnel.
Il est hors de question qu'un autre nom figure à côté de celui de Marie Houillon. L'oeuvre de Marie n'appartient qu'à elle seule. Elle est restée particulierement discrète sur son ouvrage et espérait qu'un jour celui-ci soit édité même "après elle", " pour la commune".

LES VOIVRES 88240 19/02/2017 17:50

Je n'y voyais pas de querelle ayant toujours su que vous et Noël Jean étiez de bonne foi. Je pense que vous pourriez comme Noël Jean demander leur avis et éventuellement leur autorisation à Mr et Mme Michel et Anne-Marie George à La Chapelle aux Bois. Pour ma part
je n'ai pas fréquenté la Bibliothèque à cette époque de rédaction des brochures et livres, je n'ai eu des échos partiels que par la suite quand j'ai intégré l'équipe de bénévoles de la BPT.

ETIENNE Michaël 19/02/2017 16:05

N'y voyez aucune querelle. Je relate ce qui s'est malheureusement passé il y a quelques mois. J'aurais souhaité pouvoir en parler et trouver une solution car Marie HOUILLON avait exprimé certaines volontés sur ses écrits. D'un côté, je ne peux pas faire diffuser son oeuvre ( qui ne m'appartient pas) sans respecter son souhait et d'un autre côté, il est dommage que ses ecrits ne puissent etre connu. Que faire?

LES VOIVRES 88240 19/02/2017 15:41

Sans vouloir prendre parti dans cette querelle je ne peux que répéter ce que j'ai toujours dit. J'ai souvent entendu Mlle Marie Houillon dire qu'elle cherchait un éditeur mais ne trouvait que des éditeurs à compte d'auteur. Personnellement je n'avais jamais vu ce qu'elle voulait publier. Ce que Noël Jean a retrouvé et publié avec l'autorisation de la famille était bien enregistré à la Bibliothèque Nationale sous le nom de Mlle Marie Houillon. Il n'y en avait pas d'autres. Je sais aussi qu'Etienne Michaël était resté en relations très étroites avec Mlle Marie Houillon jusqu'à sa mort. Dans le respect de cette personne auquel nous sommes tous attachés, mais semble t'il pas de la même façon ni au même moment, il serait certainement plus judicieux de faire le point sur les différents ouvrages qui ont été écrits et éventuellement publiés par Mlle Marie Houillon ou sous sa direction. Des confusions ont pu être faites mais sur ce sujet je ne pense pas que quiconque veuille utiliser le nom de Mlle Marie Marie Houillon. Dans tous les cas, pas moi, qui ne cesse de regretter, déjà en tant que bibliothécaire, le charisme, les compétences et la générosité de cette personne. J'en parle en connaissance de cause ayant été pendant des années le trésorier de la Bibliothèque Pour Tous qui n'existait que par elle.

jean7288 17/02/2017 20:53

De « hautes pressions » dominantes ont fini par m’importuner et voilà donc le texte que j'envoie au journal "Ouest-France"/Courrier des lecteurs, dans l'espoir (pourquoi pas, puisque cela m'était arrivé, il y a quelques années, à propos du FN) assez rapidement :

Lettre ouverte à Monsieur François Fillon

La coupe est pleine. Pour dire la vérité, je souhaite que cette affaire finisse au plus vite.

Vous irez jusqu’au bout, dites-vous. Mais au bout de quoi ? Au bout du bout, vous aurez plombé, voire pris en otage, la campagne de la Présidentielle, vraisemblablement explosé votre parti et ridiculisé la France. J’espère pour vous sincèrement, même si, à examiner la dernière déclaration du PNF prêtant, selon vous, lui-même le flanc à de vives critiques (légitimité, compétence, fuites), çà n’en prend vraiment pas le chemin, que vous vous sortirez de ce guêpier. Avec honneur ? Je ne le crois pas car, coupable ou non et sans parler des conséquences encore inattendues (empêchement, report des élections) que ce "mélodrame" peut engendrer, le mal est fait. Franchement, notre Pays n’avait pas besoin de cela.

La bonne image, que vous vous étiez forgée auprès de vos concitoyens, n’est plus qu’un lointain souvenir. Menant désormais une campagne au son des casseroles (d’autres en ont mais ils ne se sont pas parés d’un parangon de vertu et c’est – on peut le déplorer – peut-être ce que le peuple, celui "d’en bas", "les sans dents", ne pardonne pas) et dorénavant "bunkerisée", comment pouvez-vous, en envoyant vos soutiens, sorte de missi dominici dont on voit bien l’extrême embarras, tenir meeting à votre place, prétendre que la Présidentielle est une rencontre entre un homme et les Français ? Vous les fuyez. Non, Monsieur Fillon, vous n’êtes plus crédible. Vous avez perdu votre stature et, en même temps une partie de votre dignité. De Monsieur Propre, lavant plus blanc que blanc, vous avez été, en quelque sorte, supposé pris les doigts dans le pot de confiture. Pourquoi ? Où est le problème, comme se demande François Vercelleto dans son billet (Ouest-France 16-02-2017) ? Il est « Pour les élus, d’appréhender la réalité quotidienne de leurs concitoyens. A tel point que les plus hauts placés s’étonnent que leur situation – légale - soit perçue comme injuste par bon nombre de Français ».

De surcroît, ceux qui ont voulu exclure (au sens du terme "dégagisme", particulièrement à la mode ces temps-ci) celui dont vous avez été le « collaborateur » pendant 5 ans (et donc coresponsable, ce que vous avez aussi du mal à reconnaître) et à qui vous aviez si bien fait allusion - tout en ne trompant personne - par votre cinglant : « Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? », ont tout de même la désagréable impression que votre célébrissime formule se retourne quelque peu contre vous… même si vous bénéficiez toujours, en attendant de savoir ce que le PNF peut bien vouloir suggérer par avoir « écarté un classement sans suite à ce stade de l'enquête », de la présomption d’innocence. Vous voir maintenant lui faire allégeance au point d’oublier en partie votre programme au profit du sien (majorité pénale par exemple) est, pour moi, parfaitement navrant.
Vainqueur d’une Primaire représentant le dixième du corps électoral, ne veut pas dire vainqueur de la Présidentielle. Cela aussi vous l’avez oublié. Vous avez commencé à vous "griller" avec votre « rupture » brutale et quand l’ensemble des Français a découvert votre conception de la sécurité sociale – plutôt pour les riches et donc les assurances (?) et les mutuelles – que nous n’aurions soi-disant pas comprise et votre "éradication" de 500 000 fonctionnaires. C’était déjà avant ce que j’appellerai le "Fillongate" car, pour moi, c’est bien vous le véritable maître du jeu et non pas votre honorable épouse que vous aimez et qui travaille si excellemment. Mais, Monsieur Fillon, beaucoup d’épouses sont dans le même cas (enfants, tenue de la maison (j’ai bien dit maison), ouverture du courrier et réponses éventuelles, coups de téléphone, prises de rendez-vous et organisation de l’agenda, accompagnement et/ou représentation à des manifestions, etc. A quel montant, croyez vous, que se monte leur salaire ? Pas un cent, Monsieur Fillon, parfois pas même de reconnaissance. Quand elles n’y sont pas de leur poche ! Leur restent la satisfaction et la fierté d’un TRAVAIL BÉNÉVOLE bien fait !
Bien sûr, vous pouvez toujours, rejetant avec un bel ensemble les médias, la justice, vous en « remettre désormais au seul jugement des urnes » mais je crois que bon nombre d’électeurs, potentiels et cocus de voir la tournure que prend cette campagne dévastatrice, ne sont plus prêts à vous accorder leur confiance. Ils ont, eux aussi, pris un coup de poing dans l’estomac. Vos tergiversations initiales, votre manque de réactivité, vos explications hésitantes, vos raisonnements parfois alambiqués, votre lettre aux Français (des excuses ne suffisent pas à tourner tout simplement la page et nous n’avions pas besoin d’elle pour « décider en conscience »), même votre escapade à La Réunion, votre travail - « un travail qu’il a organisé comme il l’entendait » a dit un de vos soutiens (pas sûr que ce soit le bon argument) -, tout contribue à piper la suite des événements.

Pas sûr du tout que votre programme (amendé donc) « redonne de l’espoir aux Français » qui se demandent actuellement combien de temps cette tempête va encore durer et comment vous pourriez gérer, à long terme, un tel tohu-bohu si, d’aventure, vous accédiez à la fonction suprême.
Vous venez, par votre faute, de rater le rassemblement des Français et le redressement de la France n’est plus qu’un rêve lointain.

jean7288 18/02/2017 17:15

Peut être mais ce n'est pas - je le regrette aussi ☺ - avec mes cousines (six ou sept, je crois, du côté de ma mère), que j'ai partagé les quelques veillées auxquelles j'ai pu participer. Reste que ce sont, malgré tout, de bons mais trop lointains souvenirs.

LES VOIVRES 88240 18/02/2017 16:10

Oui, gardons regretter. Mais vos réflexions me faisaient penser aux "Maîtres Sonneurs" de Georges Sand. Presque vos pays, eux qui mettaient l'honneur au-dessus de tout.

jean7288 18/02/2017 15:17

> Ecrire que je me plains est un peu exagéré, je dirais plutôt que je regrette. Il est, en effet, dommage que l'espace d'un blog aussi "pluridisciplinaire", aussi régulièrement écrit, aussi consciencieusement tenu, soit aussi peu utilisé par les lecteurs. Je m'adresse, évidemment à eux (au demeurant nombreux, selon Bernard) et, pour peu qu'ils y trouvent quelque intérêt, pourraient (à l’image des trop rares qui interviennent) répondre, commenter, poser des questions.

> Légalité oui, sauf que le titre du billet cité dans ma lettre était précisément : « Légal, oui, mais juste ? » C'est ce que beaucoup de nos dirigeants n'ont pas compris... tout en persistant dans leur déni.

> Puisque j'entends son auteur sur les ondes, je vous recommande "1917, l'année qui a changé le monde" de Jean-Christophe Buisson. Un livre qui a été accueilli favorablement par la critique.
A savoir si, dans 100 ans, on n'en dira pas autant de 2017 ?

LES VOIVRES 88240 18/02/2017 09:43

Monsieur François Fillon est toujours candidat. Il serait intéressant que des lecteurs lui gardant leur confiance expriment leur point de vue. Noël Jean se plaint régulièrement que trop peu de personnes fassent des commentaires. Ce serait l'occasion ou jamais, à condition de rester dans la légalité.

jean7288 18/02/2017 09:35

3ème ligne : ajouter « qu'il soit publié » avant « assez rapidement ».