La Météo des Vallées

par LES VOIVRES 88240  -  11 Février 2017, 05:19

Photo Météo des Vallées

Photo Météo des Vallées

DEMAIN SAMEDI 11 FÉVRIER : ENCORE CAPRICIEUX

►La goutte froide (dépression d'altitude isolée) actuellement sur le pays et à l'origine des quelques averses de ce matin a décidément du mal à se résorber.
Il faudra encore compter sur elle demain avec des averses, surtout dans l'après-midi avec une limite pluie-neige autour de 1000m (2 à 3cm) La plaine alsacienne devrait conserver des éclaircies plus généreuses qu'ailleurs tandis que la probabilité d'averses sera plus élevée en allant vers le massif.

Les températures amorceront leur hausse mais on sera à peine au-dessus des normales.

► DIMANCHE : Après une matinée faite de nuages bas et de fréquentes grisailles avec parfois quelques faibles gelées, des éclaircies un peu plus consistantes que ces derniers jours devraient se développer dans l'après-midi avec une douceur s'accentuant lentement.

► SEMAINE PROCHAINE : Les hautes pressions vont faire une poussée remarquée sur l'Europe Occidentale, nous gratifiant du retour du soleil en montagne mais avec des grisailles parfois très persistantes en plaine.
De fait, de nouvelles inversions thermiques sont à craindre avec une grande douceur en montagne et une ambiance plus fraîche sous les potentiels nuages bas en plaine.

C'est ce type de temps qui nous concernera de lundi à jeudi inclus. Au-delà, cela est encore à préciser.

Agréable soirée à tous et bon week-end !

Quentin
Page Météo des Vallées

Photo Jean Philippe Toussaint

Photo Jean Philippe Toussaint

–  Autour de Bains-les-Bains.
 

jean7288 11/02/2017 19:14

Grisaille aussi pour la météo de la Présidentielle.
D’un sentiment de surprise et de colère provoqué par l'annonce d'une sorte de "Fillongate", puis par l’argumentation (la faute aux médias et à la justice) de celui qui confond, envers et contre tout, ce qui est légal (?) et ce qui n'est pas moral, je suis maintenant - en attendant la suite des événements - sincérement affligé par l'image déplorable de notre Pays qui en est donnée. Le "coup d’État institutionnel", n'est-ce-pas le candidat lui-même qui, en prétendant que « c'est moi ou le chaos » l'initie ? Il faut voir et entendre ce qu'on en pense à l'Etranger, notamment, pour ne citer qu'elle, en Allemagne. Quoiqu’il advienne, coupable ou non, il a désormais perdu, par ses agissements, sa communication tardive plus ou moins transparente, sa "propreté", sa crédibilité, son honorabilité; On peut le regretter et même si un hypothétique pardon lui permettait d'accéder à la fonction suprême, il est permis de supposer que son ou ses quinquennats seraient singulièrement plombés et finiraient par devenir un véritable calvaire pour lui, la République et la France. Quel gâchis !