Formation secourisme d'AVANT

par LES VOIVRES 88240  -  10 Février 2017, 04:13  -  #Associations

Lieutenant Francis HANS

Lieutenant Francis HANS

Dimanche matin dans le cadre de la manoeuvre mensuelle,  les centres de sapeurs pompiers d'Harsault, la Chapelle aux Bois, Charmois l'Orgueilleux étaient venus au centre de Bains les Bains pour suivre une formation animée par le lieutenant Francis Hans.

Celle-ci portait sur les points suivants :

-Modification des techniques

-Secourisme de l'Avant

-SINUS

-Damage control

 

 

Le secourisme de l'avant s'applique dès qu'un accident, un effondrement, un attentat a causé un nombre de victimes trop important pour qu'une équipe de secours puisse gérer seule la situation c'est à dire au delà de cinq victimes. Les services d'urgence des hôpitaux vosgiens n'ont pas une capacité d'accueil qui permettent de recevoir en même temps plus de cinq  personnes. Dans de telles circonstances, elles doivent être réparties vers la Meurthe et Moselle et la Haute Saône.

On le voit l'objectif premier ne sera pas forcément d'envoyer le plus rapidement possible les victimes vers les centres hospitaliers. De plus le premier VASB qui arrivera sur les lieux va être submergé par les demandes des témoins et des victimes. Il ne pourra pratiquement rien faire

C'est souvent seulement le deuxième VASB qui pourra appliquer les bons gestes permettant de faire un conditionnement efficace sur le terrain même.

Pour cela dès leur arrivée ils devront faire un diagnostic rapide permettant un tri des victimes.

Une hémorragie, on fait un pansement compressif et, ou un garrot de fortune.

Une personne inconsciente, on la couche sur le côté pour éviter qu'elle ne s'étouffe.

Des difficultés respiratoires, on met la personne assise, col ouvert, cravate desserrée.

Des plaies, fractures, entorses : mettre la personne dans une position qui la soulage.

Il ne faut pas rester plus d'une ou deux minutes pour chaque cas. Aussitôt après ce tri rapide faire une demande de renforts en dressant un bilan aussi précis que possible :

"Allo, j'ai deux hémorragies, une personnes inconsciente et trois fractures. "

Ce sera le médecin coordinateur du centre de secours qui décidera quels moyens et quels renforts envoyer sur place sans dégarnir totalement les centres de secours environnants pour pouvoir répondre à un appel éventuel pour une autre intervention. Un rapport est envoyé aussitôt à la préfecture, les forces de maintien de l'ordre sont  mobilisées pour l'enquête. Au delà de 10 blessés un plan ORSEC est mis en place.

Toute les personnes présentes sur les lieux au moment de l'accident doivent rester sur place. Même celles qui semblent indemnes doivent être identifiées pour un suivi psychologue. Dans le cas de mineurs, les parents doivent être contactés pour donner les autorisations nécessaires.

Un Poste Médical Avancé va être mis en place. Il permet d'accueillir les blessés, de les prendre en charge et d'assurer leur  répartition dans les hôpitaux. Toutes les victimes doivent être identifiées à leur entrée dans le poste et à leur sortie.

Un PC est installé à côté pour permettre la coordination du dispositif. Il est dirigé par un gradé, lieutenant-colonel au minimum qui rend compte au préfet.

Pour conclure le lieutenant recommanda de surtout suivre les ordres donnés par la hiérarchie pour éviter toutes pertes de temps et ne pas faire d'erreurs :

"- Le sapeur pompier rend compte et prend ses ordres auprès du chef d'agrès. Celui-ci fait de même auprès de son supérieur en remontant jusqu'au gradé responsable du PC qui lui, rend compte au Préfet. Vous faites comme cela et tout se passera bien."

Formation secourisme d'AVANT
Formation secourisme d'AVANT
Formation secourisme d'AVANT
Formation secourisme d'AVANT
Formation secourisme d'AVANT
Formation secourisme d'AVANT
Formation secourisme d'AVANT

Le dispositif SINUS : Système d'Information Numérique Standardisé se met progressivement en place dans les Vosges. Il permet le dénombrement, l'identification et le suivi des victimes.
Il comporte un bracelet avec un code barre posé pendant le secourisme de l'avant et une fiche médicale de l'avant remplie au poste médical avancé. Chaque fois que la victime est déplacée : entrée et sortie du PMA, transport en ambulance, admission aux urgences, transfert dans un autre C.H.U., le code barre est scanné.

Les sapeurs pompiers, le SAMU, les hôpitaux, les services de police et de préfecture, la sécurité civile, les magistrats du parquet et de l'instruction peuvent avoir accès à ces informations.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :