A la recherche des écrits de Mlle Marie Houillon

par LES VOIVRES 88240  -  25 Février 2017, 04:34  -  #HISTOIRE

Depuis quelques jours, une polémique portant sur la publication d'écrits de Mlle Marie Houillon a enflé sur ces page entre Mrs  Jean Noël et Michaël Etienne .

J'ai le plus grand respect pour l'amitié que Michaël portait à Marie Houillon et quand personnellement je ne suis allé la visiter que quelquefois après son hospitalisation à la maison de retraite de Bains les Bains, quand je n'ai pas mis les pieds à l'hôpital ni au centre de rééducation où elle a été soignée, à chacune de ses permissions, il allait lui rendre visite.

Peut-être, m'en voudra t'il d'évoquer ce qui pour lui était normal ? Ce qu'il y a d'étonnant, d'amusant diront certains, c'est que tout comme Noël Jean, il n'habite pas Les Voivres. Or ils sont tous les deux voivrais de coeur.

Alors arrêtons la polémique. Il n'y a qu'avec des imbéciles que le dialogue n'est pas possible et je ne les range pas dans cette catégorie. Admettons que les échanges par Internet peuvent prêter à confusion et que souvent tout s'aplanit dans un face à face.

Je ne peux que rappeler ce que je connais de Mlle Marie Houillon.

De 1965  jusqu'à 1970, j'ai été un lecteur à la Bibliothèque Pour Tous de moins en moins assidu, puis le désert jusqu'en 1990. Je n'ai donc pas fréquenté ou connu Mrs  Michaël Etienne, Sudol, Mlle Vincent quand ils ont travaillé sur ces brochures.

A partir de 1990, j'ai repris contact avec la Bibliothèque pour Tous. J'ai intégré l'équipe de bénévoles à la demande de Marie qui était un excellent recruteur. Assez rapidement je suis allé avec elle plusieurs fois pas an à Panorama 88, aujourd'hui Quai des Mots, choisir et acheter des livres. A l'époque nous dépensions environ 15 000 francs par exercise, une fortune. Mais la bibliothèque de Les Voivres était riche. Riche de plus de 5 000 ouvrages, plus que la médiathèque du Val de Vôge aujourd'hui, riche de plus de lecteurs que la BTP de Mirecourt, riche de sa trésorerie amassée grâce aux animations, riche des dons qu'elle recevait. Tout cela grâce au charisme, au travail de Marie Houillon. Personne n'est irremplaçable. Faux, après elle malgré le dévouement de toute l'équipe, commença le déclin.

Devinez qui donnait le plus : Mlle Marie Houillon.

Chaque fois que nous allions à Panorama 88, nous passions avant à Temps Libre, la boutique pour les arts créatifs, acheter plâtre pour des moulages, gommettes, perles , décalcomanies et tout le reste, tout du matériel de très bonne qualité, très beau, très cher.

Devinez qui faisait le chèque.

Elle même était abonnée à France Loisir. Elle y achetait régulièrement des dizaines d'ouvrages, les mettaient dans les rayons de la bibliothèque et le jour où elle en empruntait un pour le lire, payait la location. Boum.

Je ne parle pas des autres dons qu'elles faisait à des habitants de Les Voivres ou d'ailleurs. Ce n'est que du ouï dire.

Tout cela pour conclure : il ne faut pas faire de polémique sur ces ouvrages et autour de sa personne. Je sais qu'elle voulait les éditer mais ne pouvait pas débourser, 15 000 à 20 000 francs pour un manuscrit à compte d'auteur, on la comprend. Les techniques modernes permettent de faire connaître ses écrits gratuitement ou pour quelques dizaines d'€, par Internet ou sur papier. Nous invitons donc tous ceux qui ont sous le coude des manuscrits encore inédits de Mlle Marie Houillon à les publier. Nous les partagerons et en feront la publicité avec plaisir sur ces pages.

Dans l'attente : Munier Bernard

ETIENNE Michaël 26/02/2017 14:07

Bonjour.
Monsieur NOEL. J'ai eu beaucoup de plaisir à vous lire.... Mais pour ce qui est à venir, vous n'êtes pas concerné. Je dis bien "à venir" parce que malheureusement je ne suis pas en mesure de me rendre à Les Voivres avant un bon moment. Chaque chose en son temps. Alors prenez patience et ne vous en faites pas autant pour mon esprit... Moi aussi je vous aime...

jean7288 25/02/2017 13:56

« A partir de 1990, j'ai repris contact avec la Bibliothèque pour Tous. » :
- si pour "Raconte-moi ton... Clocher" (mise en ligne prévue en avril prochain), nous n'avons pas de date exacte de rédaction, il est possible de déduire qu'elle se situe après mai 1993 puisque dans la conclusion de la brochure on peut lire : « Notre clocher vécut son heure de gloire en mai 1993 »,
- pour "Les Voivres-Le Cimetière", la rédaction a pris fin le10-04-1995,
- quant à "Les Voivres Habitat-Symbolique-Décoration", elle date d'avril 1996.

jean7288 25/02/2017 15:06

Pour autant, cela ne nous donne pas la date de rédaction exacte de la brochure.

LES VOIVRES 88240 25/02/2017 14:09

De toute façon sur une photo on le voit de nuit, illuminé par EDF à cette occasion.