La Colause sous la neige

par LES VOIVRES 88240  -  10 Janvier 2017, 04:40  -  #Qu'il est beau mon village

La Colause sous la neige

Partons prendre des photos de la forêt sous la neige.

C'est un peu raté car la neige sur les arbres c'est beau, mais  une petite remontée des températures le samedi après-midi l'a fait tomber des branches. Par terre la couche est assez mince . En de nombreux endroits les animaux ont fouillé les feuilles mortes pour trouver de quoi se nourrir. Les faines des hêtres sont dispersées sur tout le chemin et entièrement dépouillées de leurs fruits. Auparavant en descendant à l'école à la Forge de Thunimont, nous en ramassions et les ramenions à la maison pour les faire griller au four.

Cà ne valait pas les cacahuètes mais peut-être aurait il fallu comme pour celles-ci les saupoudrer de sel ?

Maintenant les apéritifs salés sont de toute façon condamnés par la faculté. Il arrive un moment où la liste de ce qu'il est interdit devient tellement longue que l'on n'en tient plus compte et que l'on s'invente de nouvelles règles.

Cà ressemble au jeux de billes que nous pratiquions pendant les récréations. Une année, j'étais trop jeune pour avoir connu cet événement, sans doute pendant l'hiver terrible de 1956, une péniche complète de billes en verre avait été bloquée devant l'usine Dorget. Les enfants allaient voir les mariniers et repartaient les poches pleines. Depuis c'était la tradition de se livrer à ce jeu dès que la cour était libre de neige jusqu'aux vacances scolaires. A la même époque il était très peu pratiqué par les écoliers de Les Voivres. Vous ne voyez pas le rapport. Hé bien si car la loi tacite, respectée par tous voulait que ce soit le perdant qui édicte les règles. et les imposent aux autres. C'était une forme de justice pour permettre aux moins bien armés de ne pas se faire plumer à coup sûr.

Aujourd'hui alors que les températures frôlent les - 20 °, le canal de l'Est est bien entendu pris par les glaces. La couche ne doit cependant pas être trop épaisse puisque le froid n'est intense que depuis deux jours. Ce qui me surprend par contre c'est l'aspect du Coney. Le niveau d'eau est très bas, plus bas même que l'an dernier en plein été. La faiblesse du courant a même permis la formation en de nombreux endroits où l'eau est plus calme d'une pellicule de glace.

C'est un phénomène qui s'est sans aucun doute déjà produit mais que je n'ai jamais observé sur ce ruisseau. C'est le signe troublant qui confirme l'article de la page Météo des Vallées. Le mois de décembre a été particulièrement sec et ce n'est pas les quelques millimètres de pluie tombés qui ont pu recharger les nappes, pas plus que la neige de ces jours ci. Nous sommes dans une région les mieux arrosée de France et pourtant comme dans les pays du Sud, l'eau va devenir un bien précieux.
Régulièrement des articles paraissent sur ce sujet et des associations tirent la sonnette d'alarme en dénonçant par exemple la baisse important de la nappe phréatique que les pompages inconsidérés de la laiterie à Bulgnéville et de Neslé Waters à Vittel et Contrexeville entrainent. S'il est difficile d'installer dans des habitations deux circuits d'eau, l'un pour boire et cuisiner plus un deuxième pour un usage domestique, il est inconcevable qu'une entreprise refuse de le faire. La technique est là, ce n'est qu'une question de coût.

Pour le moment nos dirigeants n'ont pas pensé à, voulu oser, essayé, pris le risque (cochez l'option choisie) d'imposer de telles lois. Les dividendes de ce grand groupe agro-alimentaire sont sacrés. Tout comme étaient sacrés les dividendes d'Orange et de Bouygues à une époque où seuls opérateurs en téléphonie sur le marché français, ils engrangeaient les milliards sans respecter leurs engagements pris auprès de l'état français. En contrepartie de l'autorisation de s'implanter, ils auraient du couvrir entièrement le territoire. Le troisième larron Free suivra allègrement le même chemin, en mieux même puis qu'il assure à peine 30 %.

Et c'est comme cela qu'après être aller se peler les joues et se geler par ce samedi à la Colause, nous aurons l'occasion, quelques heures après, de bouillir intérieurement en entendant pendant les voeux du maire à Les Voivres, une conseillère régionale et un conseiller départemental, nous détailler doctement tous les milliards d'€ que l'Etat et la Région Grand-Est allaient investir pour que, promis, juré, nous puissions bénéficier du sacro-saint Haut débit et même du Très Haut Débit dans 2 ans au plus tard.

Auparavant en période d'élections il était de coutume de promettre à ces benêts de ruraux une chapelle ou comme le conte si bien Maupassant un arrêt de train et même une gare.

Mais nous sommes sans aucun doute un mauvais coucheur puisque l'an dernier sur le même sujet et dans les mêmes circonstance, nous avions râlé quand un sénateur nous avait demandé de nous incliner, devant le fait accompli.

La Colause sous la neige

 

Le gel

Sous le fuligineux étain d'un ciel d'hiver,
Le froid gerce le sol des plaines assoupies,
La neige adhère aux flancs râpés d'un talus vert
Et par le vide entier grincent des vols de pies.

Avec leurs fins rameaux en serres de harpies,
De noirs taillis méchants s'acharnent à griffer,
Un tas de feuilles d'or pourrissent en charpies ;
On s'imagine entendre au loin casser du fer.

C'est l'infini du gel cruel, il incarcère
Notre âme en un étau géant qui se resserre,
Tandis qu'avec un dur et sec et faux accord

Une cloche de bourg voisin dit sa complainte,
Martèle obstinément l'âpre silence - et tinte
Que, dans le soir, là-bas, on met en terre un mort.

 

Émile VERHAEREN

In Les bords de la route

La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige
La Colause sous la neige

Evelyne 10/01/2017 13:04

L'école n'a pas pris le risque d'amener les enfants à la piscine ce matin. La couche de neige sur les routes était trop importante.
Pas de billes dans la cour, pas plus de cartes Pokémon qui les ont remplacées depuis longtemps déjà mais des bonhommes de neige qui, fièrement, même inachevés, trônent dans la cour de récré.

jean7288 10/01/2017 12:22

« C'était une forme de justice pour permettre aux moins bien armés de ne pas se faire plumer à coup sûr.» : ce temps-là est, me semble-t-il, révolu.
Cependant, le Français pourtant désireux de changement (à condition qu’il ne soit pas pénalisé) mais sans doute un peu "maso", est prêt à continuer à se faire plumer par des candidats à la Présidence de la République, - tous ou presque - de vieux chevaux de retour qui ne doutent de rien, bonimenteurs à souhait, défiants toute logique, cependant cohérents se prétendent-ils.
- A l'Extrême-Droite, une Marine Le Pen à qui nombreuses de ses idées ont été empruntées par ses adversaires mais empêtrée dans son abandon de notre monnaie, l'Euro, auquel les Français ne sont pas prêts.
A Droite, un libéral rigide, en principe vierge de toute casserole mais trop catho, trop russo, insuffisamment gaullo-socialo, qui surfe (moins bien) sur ses résultats de la primaire à droite tout en oubliant que ses militants-partisans ne représentent que le dixième du corps électoral et ne sait plus comment faire pour se dépatouiller du "piège" d’une prochaine Sécurité sociale pour les riches, qu’il s’est lui-même tendu. Ce jour, dans ses vœux à la Presse, il se veut le Président du « redressement ». Etrange non ? N’aurait-on pas déjà entendu ce mot là ?
- A Gauche le choix se présente, grosso modo, entre l’œnologue à la marinière de « la cuvée du redressement » (tiens donc) se découvrant, une passion commune et pour l'ex-future-ministre et pour le ministère de la Culture ; un socialo-écolo, cette fois pour toujours, a-t-il dit, compagnon de misère (?) du précédent après leur éviction du Gouvernement, qui pourrait bien devenir, puisque beaucoup le trouvent cohérent justement, le "Fillon de la Gauche" ; quelques autres peu significatifs et, enfin, l'enfariné de Strasbourg, sec et autoritaire, qui n'en est pas à un revirement près maintenant qu'il est candidat et qui voudrait nous faire croire, au bout de multiples contradictions, qu'il a été obligé de dégainer le 49-3. De qui se moque-t-il ?
- Restent à l’Extrême-Gauche, un excellent tribun, un peu trop "rouge" et probablement aussi trop "sanguin" pour piloter le navire France et, à l'extrême droite de la Gauche, un jeune ancien banquier de chez Rothschild, « de Droite et de Gauche », donc au minimum suspect pour ces deux raisons mais qui plait aux femmes (elles le disent et constituent une grande part du corps électoral), ambitieux mais souriant, assez récent en politique mais bien coaché, traître pour les uns, courageux pour les autres et "en marche" vers un pouvoir qui ferait de lui, pour le coup, un Président qui sortirait (enfin) des sentiers battus.
Voilà donc, pour le moment, ce à quoi il faut s’attendre. On y verra plus clair après les primaires de la Gauche et une fois que la liste des présidentiables sera arrêtée par le Conseil constitutionnel.

Et après ? Enfumage jusqu’en mai en raison de "présidentielle", (re)enfumage en juin pour les législatives, juillet et août tout le monde s’en fout pour cause de vacances, rentrée en septembre avec retour les pieds sur terre et, certainement, beaucoup de monde dans la rue.
A ce rythme-là, les moins bien armés, autrement dit la grande majorité, se seront – à coup sûr - fait plumer ! Nous ne sommes décidément pas prêts à (ou près de, comme on veut) nous en sortir.

jean7288 10/01/2017 18:33

Et encore, je suis optimiste !
Nous aurons certainement l'occasion d'en reparler

LES VOIVRES 88240 10/01/2017 13:36

Je crois que nous ferions bien à Les Voivres de préparer tout de suite le Marché de Noël si tout le reste de l'année est joué d'avance.

BROGGINI 10/01/2017 09:57

la neige tombe, monotone, elle tisse un beau suaire blanc qui enveloppe notre campagne, c'est le moment de prendre de belles photos Bernard !

LES VOIVRES 88240 10/01/2017 11:08

J'en ai pris quelques unes à Fontenoy le Chateau en revenant du médecin