Cérémonie des voeux à la Vôge-les-Bains

par LES VOIVRES 88240  -  27 Janvier 2017, 04:42  -  #Municipalité

Photo Vosges Matin

Photo Vosges Matin

Les voeux se suivent et ne se ressemblent pas puisque cette année pour la première fois ce sont ceux de Vosges-les-Bains qui ont été adressés à la population. Le bilan de l'année écoulée concernait bien Bains les Bains mais pas les projets ni les non projets comme aurait  dit Lewis Carroll dans "Alice au pays des Merveilles" à propos des "non anniversaires".

Le projet le plus important est sans aucun doute celui d'une maison de santé pour lequel l'ARS a donné son accord. Pour l'instant Xertigny est doté d'une telle structure.

Par contre il ne semble pas que quelqu'un ait fait mention de l'avenir réservé au collège Julie-Victoire Daubié qui risque de rentrer dans la catégorie des "non projets" évoqués plus haut.

Pour le moment il est inscrit dans la liste des 3 établissements qui doivent fermés en 2018. Comme il n'y a pas eu d'annonce officielle pour dire que cette fermeture ne se ferait pas, comme il n'y a même pas eu quelqu'un pour affirmer que pour l'instant cette fermeture n'est pas à l'ordre du jour, tout porte à croire que ce collège est toujours bien sanglé sur son siège éjectable.

Après la première tranche constitués de Darney, La Bresse et Granges-Aumontzey, Bains les Bains doit selon les syndicats faire partie de la deuxième fournée avec Corcieux et Granges-sur-Volognes. Si tout se passe bien ou plutôt mal nous devrions donc aux premiers beaux jours voir les parents d'élèves brandir des banderoles devant ces établissements en espérant qu'ils pourront empêcher l'inéluctable.

Dans la compétition orchestrée par nos dirigeants, que se livrent l'état, les régions, le département, ce sont en définitive les communes et leurs administrés qui payent la facture que plus personne ne veut acquitter, se réfugiant derrière les sacro saintes économies. A les entendre l'élu le plus populaire devrait être celui qui a le plus fermé, dégraissé, enterré.

L'école laïque, obligatoire et gratuite, c'est fini. Quand nous descendions à l'école de la Forge de Thunimont, nous avions une heure d'étude et revenions à la maison les mains dans les poches, tous les devoirs faits. Maintenant il ne saurait y avoir de réussite scolaire sans travail à la maison, si possible avec des cours particulier. Avec ces suppressions de collèges, l'état va faire des économies en professeurs, la région en bâtiments. Qui paiera la facture supplémentaire des transports scolaires ? Quand les élèves de Bains les Bains arrivaient à pied ou en bicyclette, ils prendront eux aussi le bus pour un trajet rallongé.

Actuellement le voyage se fait déjà à une heure où les routes sont souvent glissantes, encore mal dégagées, la neige damée par les premiers usagers. Il faudra partir encore plus tôt sur des chaussées encore moins praticables. Il faut ajouter à cela la fatigue aggravée qui n'incitera pas le collégien à se plonger dans ses leçons dès son arrivée à la maison.

C'est une école à deux vitesse qui se met en place. Pour les mieux lotis la possibilité de soutien dans ses études, pour les autres un parcours qui ressemble de plus en plus à un saut d'obstacles. Le mot Egalité est pourtant toujours inscrit dans la devise de la France.

"Tous les hommes sont égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres."  disait Coluche. Cela se vérifie un peu plus tous les jours.

 

jean7288 27/01/2017 11:46

« Il n'y a même pas eu quelqu'un pour affirmer » : qui ne dit rien consent et attendre les « premiers beaux jours voir les parents d'élèves brandir des banderoles » ne me paraît pas vraiment marquer une volonté farouche « d'empêcher l'inéluctable ».
Quant aux élus, les événements actuels (primaires, scandales) continuent à discréditer la classe politique. Je peux vous affirmer que le cataclysme du "Pénelopegate" (qu'il soit avéré ou non, le mal est fait) laisse bon nombre de Sarthois - pour être poli - sur leur "fessier". Ce n'est même pas la réalité du travail (a priori autorisé) qui étonne mais la hauteur de la rémunération... qui surprend plus d'un attaché parlementaire ! Beaucoup de bénévoles, sans cesse sur le terrain, représentant toujours et partout, se débattant dans l'embrouillamini administratif, donnant de leur temps sans compter, bref fournissant (eux) un véritable travail se contenteraient de beaucoup moins. Vous me direz, ils ne seraient plus bénévoles. Certes, mais il y a quand même des choses qui fâchent. Il faudrait (toujours les mêmes) se serrer la ceinture, retrousser ses manches, faire preuve de solidarité, subir les leçons de morale... et se taire.
Beaucoup de personnes ont besoin d’être défendues, aimées et protégées (cf. 20 H de TF 1 du 26-01-2017) sans pour autant être "assurées" d’un épais matelas de notre argent public dont la gérance par nos élus nécessite une refonte rapide et juste. Décidément, il y a bien, comme la Revue (où, apparemment, il fait bon rédiger quelques "fiches de lecture") l’indique, Deux Mondes. Tiens, tiens, tout comme les Gauches, ils finissent, eux aussi par devenir de plus en plus irréconciliables !

LES VOIVRES 88240 27/01/2017 13:45

Je suis déçu. J'attendais ces vœux pour avoir des nouvelles. Ce silence m'inquiète.