Givre aux Bouleaux et au Grand Bois

par LES VOIVRES 88240  -  30 Décembre 2016, 04:51  -  #Qu'il est beau mon village

Givre aux Bouleaux et au Grand Bois

Nous sommes partis hier par un grand soleil, aujourd'hui sous le brouillard. Hier brillait un ciel bleu digne des Seychelles qui je l'espère fera regretter leur décision  à tous les lecteurs qui ont choisi de prendre leurs vacances de Noël là-bas. Prions pour qu'ils soient obligés de manger des nouilles pendant 6 mois pour rembourser leur billet d'avion. Nous ne sommes ni rancuniers ni jaloux même si les jours ci lesvoivres88240 c'est un peu, beaucoup planplan.

Bon on vous laisse encore digérer aujourd'hui mais pas plus car on vous a préparé un menu assez exceptionnel pour la nouvelle année, d'abord les voeux, obligado direz vous et une rétrospective mahousse de tout ce que vous avez fait avec vos petits doigts pendant 12 mois. Et je dois le reconnaître, en repassant ces images pour voir quels effets donnera cette retro, je me disais que vous vous êtes activés à fond toute l'année. Cà excuse donc le petit répit que vous vous accordez cette semaine mais pas question de vous endormir sur vos lauriers. Comme on vous l'a rappelé hier, au premier janvier, fini la Com Com du Val de Vôge. Il n'y aura plus que dans l'en tête de lesvoivres8840 où l'on pourra retrouver cette mention.

Va t'on faire un autodafé de tous les documents où elle est inscrite à commencer par le logo de cette Com Com bientôt défunte ? Où bien ceux ci vont ils devenir des collectors que vont s'arracher les collectionneurs ?

Je ne sais pas mais en invoquant  comme excuse le référencement de ce blog sur nos chers amis les moteurs de recherche je ne change rien à l'intitulé du blog.

Il n'y a donc pas d'autre solution comme nous vous le serinons, répétons, rabâchons que de parlez de vous sur ces pages, encore de vous, toujours de vous, pour montrer que le Val de Vôge est toujours bien vivant.

Un peu comme ces photos prises au milieu du brouillard où ce qui est proche est bien net et ne devient plus visible à partir d'une certaine distance. Nous espérons donc pouvoir continuer de traiter de vos activités et de laisser aux autres médias le soin de sinistroser et de crise-obliger. Ils ont l'air d'ailleurs d'aimer le faire et sans doute pensent ils sincèrement que les articles sur les  gens heureux ne se vendent pas. Alors une catastrophe par ci, un accident de la route par là, une bonne petite guerre en prime, c'est pour eux la meilleure solution de vous lobotomiser en paix.

Pour moi je pense le contraire. C'est peut-être un peu bête, beaucoup nunuche et coeur d'artichaut mais je trouve que les gens qui font ce qu'ils aiment sont toujours beaux. Je ne suis pas comme notre ami Frédéric Douadi, le roi des régleurs d'appareils photo, le maestro du bouton caché, le fan de l'affut patient qui permettra de ramener le cliché du siècle.

Quand je vous vois faire, j'appuie sur le déclencheur et la photo est bonne car c'est vous sans artifice et portant la vie du Val de Vôge. Parce que vous êtes grands, nous ne pouvons accepter l'idée que tout ne sera pas fait pour préserver l'identité de cette région. On ne se dépouille pas de son âme au nom d'un énième découpage ou fusion du territoire. La région de  Bains les Bains n'est pas morte d'avoir quitté le giron des chanoines de Remiremont et des ducs de Lorraine.

Le Val de Vôge ne mourra pas pour un paraphe de plus sur un document. Tant que les bons bras seront là, il y aura un Val de Vôge.

 Tout avait la couleur uniforme du givre

Tout avait la couleur uniforme du givre

Strophes pour se souvenir

 

Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le coeur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur coeur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant.

Louis Aragon, Le Roman Inachevé
 Un grand soleil d'hiver éclaire la colline

Un grand soleil d'hiver éclaire la colline

Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois
Givre aux Bouleaux et au Grand Bois

jean7288 30/12/2016 09:54

Comme pour le groupe des 23 de Manouchian, "immortalisé" par Aragon, on ne pourra bientôt plus compter que sur Bernard pour se souvenir des 12 communes de la ComCom du Val de Vôge, "fusillée" après 10 ans d'existence.

BROGGINI 30/12/2016 09:38

Ce sont de belles photos, des arbres, certes sans leur feuillage, mais bien debout, ce qui n'est pas le cas du bosquet face à la maison de feu Henri Déchaseaux !Un véritable tir à blanc sur tous ces arbres peut-être centenaires ! le gibier devra d'autres gîtes ! Est-ce une conséquence du remembrement?

LES VOIVRES 88240 30/12/2016 10:19

Malheureusement non ce n'est pas un tir à blanc