Freinet pas mort

par LES VOIVRES 88240  -  17 Octobre 2016, 04:48  -  #Ecole

Deux disciples de Freinet, Gauthier et Geoffrey

Deux disciples de Freinet, Gauthier et Geoffrey

Il n'y a pas qu'en Ecosse où il y a des fantômes. Une ombre, une présence semble planer sur Les Voivres. Celle de Freinet. Pourtant il n'y a certainement pas eu d'école de psychologie plus détractée.

Vous dites Freud, Jung, Lacan, on se déchire, on s'étripe, mais on bave devant les maîtres, les dieux. Ceux qui, ceux quoi.

Freinet. A l'anathème, à l'empêcheur de tourner en rond, aux oubliettes, illustre inconnu.

Il n'empêche. Si les grands reférenciès sont adulés par les doctorants et autres savantes personnes, Freinet c'est la vie, c'est la rue, c'est l'école à côté de chez vous, c'était même chez vous à Les Voivres quand sous l'impulsion de Mr Felberg vous étiez Freinet sans le savoir.

Aujourd’hui d'autres le sont. Geoffrey et Gauthier se revendiquent de cette philosophie et depuis les terres lointaines de La Flèche , Noël Jean partage cet article.

Alors, oui, vive Freinet, son désir de libérer la créativité qui est en nous, celles de nos enfants, la notre et celle de nos ainés dont parmi eux certains ont connu et participé aux Cahiers de la Chanson des Cerises.

Laissons les s’éclater à donf à partir du moment où ils créent.

Certains nostalgiques ou préférant le schéma de l'éducation traditionnelle  pourront trouver que la créativité n'excuse pas tout, qu'il faut respecter les valeurs qui sont prônées par l'académie et la république.

Nous sommes bien d'accord. Mais encore une fois, rentrons dans l'esprit Cahier de la Chanson des Cerises où il était possible sans s'attirer les foudres des parents, enseignants et autorités de faire quelques petites farces sans être un paria.

On peut concilier les deux. A Les Voivres dans le cadre des Nap, les enfants ont l'occasion d'exercer leur créativité. C'est là que nous avons rencontré Gauthier, celui qui est capable de vous appendre à jongler avec n'importe quoi : balles, bâton, sacs en plastique. De la même façon les animateurs de l'Eaudici et de la Maisondici appliquent cette pédagogie avec les classes découvertes ou avec les enfants qui viennent au centre aéré.

Encore une fois, soyons tous Freinet qui a revécu dans "Happy" où pour une grande partie des personnes du village, tous les freins, tous les préjugés se sont pendant quelques minutes libérés.

Ceux qui étaient empêtrés dans leur corps ont dansé, ceux qui n'aiment pas être photographiés ont accepté d'être filmés, ceux qui avaient toujours l'air sérieux ont ri.

Aurèlie et Pierre-Olivier ont offert au village ce magnifique cadeau d'adieu, en se donnant sans réserve pendant le tournage celui-ci leurs a montré combien il appréciait leur geste.

En son honneur, en celui des enfants petits ou grands que nous sommes, soyons ouverts, remercions Aurélie et son équipe d'avoir su lever nos interdits pour libérer notre créativité et tous ensemble soyons fiers d'être Freinet, soyons fiers d'être Les Voivres.

Article partagé par Noël Jean

Article partagé par Noël Jean

NOEL 19/10/2016 10:56

« Freinet pas mort » : au nombre de commentaires, un peu quand même...

NOEL 17/10/2016 09:52

Le journal ajoutait : « Célestin Freinet (1896-1966) est l'initiateur d'une pédagogie où chaque enfant peut s’exprimer, se responsabiliser, coopérer, expérimenter et s'ouvrir sur le monde. Les principes : apprendre à son rythme, avec ses pairs et les adultes, développer son sens critique et son autonomie et accéder à une réelle prise de responsabilité.
L’intéressant serait aussi de savoir pourquoi et comment M. Felberg, instituteur de notre petit village vosgien, a été amené à appliquer cette pédagogie.