Les Voivres à cinq poignées de main du mikado

par LES VOIVRES 88240  -  11 Août 2015, 05:37  -  #HISTOIRE

Photo partagée par Mr Noël Jean

Photo partagée par Mr Noël Jean

In Wikipédia

Le 6 août 1945, les États-Unis lâchent une bombe atomique sur la ville japonaise d'Hiroshima. Tard dans la soirée du 8 août 1945, conformément aux accords de Yalta mais en violation du pacte nippo-soviétique, l'Union soviétique déclare la guerre au Japon et, peu après minuit le 9 août 1945, envahit l'État fantoche du Mandchoukouo, création de l'Empire du Japon. Plus tard ce même jour, les États-Unis larguent une seconde bombe atomique, cette fois sur la ville japonaise de Nagasaki. Cette succession d'événements traumatisants amène l'empereur Hirohito à intervenir et ordonner que le Conseil suprême pour la direction de la guerre accepte les conditions que les Alliés ont posées dans la déclaration de Potsdam pour mettre fin à la guerre. Le 15 août, après plusieurs jours de négociations en coulisses et un coup d'État déjoué, l'empereur Hirohito enregistre une allocution et la fait radiodiffuser dans tout l'Empire. Dans ce discours, appelé le Gyokuon-hōsō, il annonce la reddition du Japon aux Alliés.

Le 28 août commence l'occupation du Japon par le commandement suprême des forces alliées. La cérémonie de capitulation a lieu le 2 septembre à bord du cuirassé de la marine américaine USS Missouri (BB-63), cérémonie au cours de laquelle des représentants du gouvernement japonais signent les actes de capitulation du Japon, mettant ainsi fin aux hostilités. Cependant, quelques soldats isolés et des troupes militaires de l'Empire du Japon dispersées à travers l'Asie et les îles du Pacifique refusent de se rendre.

Si Mr Noël Jean estime que le rapport entre son article et Les Voivres est un peu tiré par les cheveux, nous allons montrer qu'il n'en est rien et que certains natifs de la commune ont eu le cours de leur vie directement influencé par ces journées.

Première étape : nous sommes en Allemagne au 8 mai 1945. Les alliés, suite aux décisions prises à Yalta et à Postdam se sont gentiment arrêtés devant l'Oder en attendant que toutes les troupes russes qui rencontrent une résistance farouche de la part des allemands veuillent bien arriver.

Cette décision a été prise par un Roosevelt malade, affaibli, incapable de tenir tête à Staline qui de plus l'a roulé dans la farine en lui promettant d'encourager les américains d'origine russe à voter pour lui s'il se présentait pour un 4 eme mandat.

La soif de pouvoir aidant, Roosevelt gobe le tout et, sans tenir compte de l'avis de Churchill qui voulait débarquer dans les Balkans pour passer sous le nez des russes, fait donc arrêter les GI en plein élan.

Mais le réveil est brutal.

Une vieille blague circule à propos d'un président américain, Bush ou un de ses clones, qui lors de son premier voyage à l'étranger s'est rendu au Mexique car, disaient les mauvaises langues ; " Au moins, il savait où c'était ".

En 1945 lors de la signature définitive à Postdam, portant sur cette fameuse frontière, les américains ne savaient pas où se trouvait l'Oder. Car il forme deux bras et les russes ont gagné, quelques km en choisissant l'Oder occidental.

Les alliés comprennent donc vite qu'il faut se méfier de Staline et ce conflit n'est pas fini que déjà un autre s'annonce, la guerre froide.

Pour mieux faire face à ce nouveau danger, il faut déjà vaincre le Japon. Deux bombes atomiques aident à lui faire entendre raison.

Fin de la deuxième étape.

Mais comme le cite Wikipédia, tous les combattants japonais à l'extérieur du pays ne sont pas décidés à déposer les armes.
En Indochine les français, civils et militaires, sont attaqués par surprise, emprisonnés,torturés, exécutés.

Depuis la libération, l'armée française s'est reconstituée. Elle va donc envoyer des troupes d'intervention qui vont repousser les japonais. Une partie se rendront, une autre partie ira s’enrichir en prenant le contrôle du Triangle d'or en compagnie d'anciens Seigneurs de la Guerre chinois, de troupes de Tchang Kai Chek et des maquis viet-minhs qui se sont constitués, profitant de la mise hors jeu des français.

Le tout se fait avec la bénédiction et l'aide des américains qui au nom des droits de l'homme à disposer d'eux mêmes aimeraient bien que la France perde la maîtrise de l'Indochine.

Formation en Allemagne

Formation en Allemagne

Si aux États-Unis J. Edgar Hoover s'est lancé dans une chasse aux sorcières et traque les communistes, les stratèges de l’armée U.S. jugent qu'à l'extérieur pour combattre le diable, on peut s'allier avec d'autres diables.

Ils vont donc, dés le début de la guerre et jusqu'à la chute de son régime, ouvrir en grand leurs bourses à Tchang Kai Chek pour combattre les japonais, en fait il s'en servira essentiellement pour faire la guerre à Mao Tsé Tong et se remplir les poches qu'il avait d'ailleurs profondes, la famille de sa femme, les Soong, étant des banquiers.

Dans le même temps, raison d'état oblige mais ne permet pas de comprendre des raisonnements aussi tordus, les américains vont aider les communistes au Vietnamh.

Et c'est ainsi qu'ils vont tout faire pour permettre à l'oncle Ho de remporter la victoire sur les français. Ils feront la même chose en Afghanistan pour essayer de contrer les russes et comme ils semblent avoir la mémoire courte, ils repasseront le plat en Irak.

Le corps expéditionnaire français va donc débarquer pour se battre contre les japonais et ensuite devra affronter le viet-minh jusqu'aux accords de Genève.

Et c'est ainsi qu'un beau matin le soldat Pierre Broggini arriva en Indochine après avoir fait ses classes en Allemagne.

Je vous avais bien dit qu'il y avait un lien entre les derniers jours de la guerre au Japon et Les Voivres.

Pierre Broggini en Indochine.
Pierre Broggini en Indochine.

Pierre Broggini en Indochine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

NOEL 11/08/2015 10:40

Bel article me^me si la démonstration de « la théorie des cinq poignées de main » (souvent contestée) est aussi "tarabiscotée" que ma gymnastique entre réalité - le bombardement sur Hiroshima - et fiction - le film de Resnais - mais j'ai pris beaucoup de plaisir à relire la biographie de Pierre Broggini.
Au détour des conversations téléphoniques avec ma marraine Josette Morel, il m'arrive d'entendre parler de lui et aussi de la boulangerie Breton, citée dans un autre de ses commentaires.

LES VOIVRES 88240 12/08/2015 05:42

Exactement, mais il y avait aussi des navires de guerre

NOEL 11/08/2015 18:26

Un peu à l’image du "PASTEUR" qui ne fut un paquebot de luxe que durant quelques semaines; la Seconde guerre mondiale interrompant sa mise en service.
Saisi par les Britanniques, il sera transport de troupes, sous pavillon Anglais, puis Français après 1945, pour le compte des Messageries Maritimes.
Il transportera, alors, durant 11 ans, entre Marseille/Toulon et l'Indochine, le tiers des soldats engagés dans la guerre d’Indochine (hélas pour beaucoup le retour s'est fait dans un cercueil) !
Vendu à l'Allemagne, il redevient un vrai paquebot de ligne, sous le nom de "BREMEN". Revendu à la Grèce, puis immobilisé en Arabie saoudite, il finit à la démolition en juin 1980 !
Un navire remarquable devenu mythique, sans doute le paquebot qui au monde a transporté le plus de passagers et parcouru le plus grand nombre de milles !

LES VOIVRES 88240 11/08/2015 12:36

Je n'ai pas pu retrouver des informations pour vérifier mais il y a quelques années, un ancien marin, hospitalisé avec mon père avait convoyé des troupes en 45 vers l'Indochine sur des navires prêtés par les anglais.
Je crois me souvenir que certains de ces navires avaient été confisqués par la Royal Navy après Mers el Kebir